La médiumnité et la fatigue La médiumnité et la fatigue

La médiumnité et la fatigue

Ecrit par : Victor Grouchko

Vous êtes ici :

Doit-on pratiquer la médiumnité lorsqu'on est fatigué ? Que ce soit pour simplement s'exercer aux ressentis ou réaliser un rituel de magie, la question se pose souvent. Les médiums débutants lorsqu'ils découvrent les premiers signes ou symptômes de leur médiumnité sont souvent épuisés par ces capacités qui se révèlent rarement en douceur. Je vous expose différentes situations pour que vous puissiez en toute conscience choisir si vous devez ou non vous abstenir de pratiquer selon votre état de fatigue.

Les effets de la fatigue sur la médiumnité

Il est question ici de fatigue physique, mentale ou émotionnelle. Les plus connaisseurs pourront faire un lien avec les trois "corps" de l'être humain : le corps physique et éthérique, le corps mental et le corps astral. Que l'on soit en forme physiquement mais épuisé par une conversation avec une ami(e) au plus mal, ou bien juste éreinté(e) par une journée de travail trop intense et avec l'esprit qui se tient encore, ces états de fatigue peuvent avoir les effets suivants sur votre capacité à utiliser vos capacités médiumniques :

  • Difficultés à maîtriser ses énergies et ses ressentis (soit totalement absents soit difficilement supportables).
  • Capacité d'analyse et d'auto-critique affaiblie.
  • Volonté moins forte.
  • Ancrage énergétique faible et difficile à maintenir.
  • Energies à plat (vous allez vous vider très facilement !).
  • Vulnérabilité au vampirisme énergétique.
  • Risques de sautes d'humeur, de colères soudaines, ou d'une mélancolie tenace.
  • Ruminage d'idées noires ou négatives.

Citons toutefois un certain avantage à la fatigue : elle favorise les sorties de corps (projection mentale ou astrale), ainsi que le lâcher prise, car la conscience est moins forte et les influences de l'inconscient plus présents. Toutefois, je pense que ces bénéfices doivent être obtenus par une bonne fatigue, par exemple après une bonne séance de sport. Ou encore, dans le cadre de la réciation de mantras (c'est à dire des sons ayant une influence énergétique), lorsque vous atteignez les 80-90 récitations et que vous avez tendance à passer en pilote automatique. Ce qui a pour effet d'outrepasser les limites psychologiques habituelles et une part de septicisme.

Les exercices de médiumnité volontaires

Prenons une situation en exemple : vous rentrez du travail, fatigué(e), mais vous avez envi de travailler votre clairaudience ou vos ressentis de médium comme vous avez pris l'habitude de le faire régulièrement (si vous avez lu mon article sur comment découvrir ses capacités de médium). Vous n'avez pas forcément autant de motivation qu'à l'accoutumée, mais par une certaine discipline, vous vous dîtes que vous risquez de perdre ce rythme acquis de haute lutte sur votre quotidien chargé.

Dans cette situation, j'analyserai personnellement plusieurs critères :

  • La quantité d'efforts à fournir pour vos exercices : un travail régulier et habituel peut être fait même si vous n'êtes pas au top de votre forme, car vous avez appris les mouvements, le déroulement de l'exercice et vous pouvez vous permettre de vous concentrer sur les énergies plutôt que sur les consignes à respecter.
  • Le risque d'être confronté(e) à des énergies extérieures à la vôtre : si vous devez simplement analyser vos propres énergies, les ressentir, travailler dessus, ou juste celles de votre environnement direct plutôt saines, je pense qu'il peut être raisonnable de faire abstraction de la fatigue. Si votre lieu de vie est pesant ou chargé et vous affecte, alors abstenez-vous ou bien changez de lieu. Si vous voulez analyser les énergies d'une autre personne ou d'un animal, je vous conseille de vous écouter et de savoir reporter au lendemain après une bonne nuit de sommeil ou un repas léger. On en reparle plus loin.
  • Votre propre ressenti et votre paresse : il y a une différence entre ne pas avoir le courage de faire un exercice parce qu'on est lessivé(e) et ne pas le faire par simple paresse. Une fois encore, il faut savoir s'écouter et juger si vous ne vous sentez pas en mesure de le faire ou bien si c'est par simple facilité pour plutôt vous vautrer sur le canapé.

Les situations où la médiumnité s'impose

Dans la partie précédente, on envisage de faire des pratiques médiumniques volontairement, comme quelque chose de plannifié ou d'opportun. Sauf que dans la grande majorité des cas, l'usage de la médiumnité devient nécessaire et n'est pas du tout prévu.

Dans une première situation, vous ressentez une présence dans une pièce, par exemple dans votre chambre la nuit. Je parle de ce cas dans mon article sur les attaques spirituelles nocturnes par des entités. Ce peut être une présence assez saine, ou au contraire malsaine et oppressante. Vous pouvez être alors forcé(e) à déterminer la nature d'une potentielle menace ou d'une information à obtenir depuis l'invisible. Si vous êtes fatigué(e), vous avez plusieurs solutions :

  • Prendez sur vous-même et vous rendre disponible. Soit en vous concentrant pour écouter ce que l'on peut vous dire, ou bien vous défendre si l'entité commence par exemple à vous vampiriser, parasiter votre mental avec des pensées négatives ou encore vous casser les pieds en cognant dans les murs, ou en grattant ceux-ci en cherchant votre attention.
  • Demander à l'entité de partir et/ou dégager les énergies : un médium n'est pas une machine, il a le droit de se reposer et de dire "non, pas maintenant". Vous pouvez simplement demander à une présence de quitter les lieux. Si elle ne le fait pas et vous dérange, ne vous laissez pas importuner et dégagez-là en poussant une gueulante ou bien en utilisant des techniques que vous avez apprise. Si les énergies du lieux vous vident de votre énergie, purifiez la pièce si vous le pouvez et dégagez les énergies.

Il est question ici de présences occultes invisibles. Mais ce sont des situations heureusement rares, sauf si vous avez tendance à les attirer ou bien à vivre dans un lieu soumis régulièrement à ce genre de manifestations. Dans ces situations, ne sous-estimez pas votre "instinct de survie", vous avez plus de réserves que vous ne le croyez, mais ne surestimez pas vos capacités pour autant.

Si dans une situation critique, vous serez en mesure d'agir (vous avez le droit de partir !), vos corps accuseront sévèrement vos excès. C'est la même chose que lorsque vous êtes en danger de mort dans la rue (aggression par exemple) et que vous vous rendez compte que vous avez courru ou encaissé des coups pendant plus de 30 minutes sans que votre corps ne vous ait lâché. Une fois l'adrénaline disparue, vous allez vous écrouler de fatigue et vous prendrez des jours pour vous en remettre.

Mais le cas le plus courant reste celui de cotoyer une personne négative ou fatiguante. C'est par exemple le cas lorsque lors d'une soirée, un(e) ami(e) ou votre conjoint a besoin de votre aide, de vous parler, parce qu'il ne va pas bien. Ce peut être aussi la belle-mère casse-pieds qui a décidé de vous raconter pour la 5e fois des choses dont vous n'avez que faire !

Résultat : cela vous pompe l'air, au sens propre, cela vous vide du peu de votre énergie que vous semblez avoir sur le moment. Dans ces cas, à moins de prendre sur vous parce que vous sentez que vous n'avez pas trop le choix, je vous conseille de tout simplement prendre congé et aller vous reposer. Vous devez apprendre à dire "non" lorsque vous êtes médium, sinon vous finirez par être utilisé(e) à votre insu par des personnes profiteuses ou bien par des influences invisibles qui utilisent vos énergies pour se nourrir ou se manifester sur le plan physique ou éthérique. Reconnaître vos limites, c'est être capable de mieux vous protéger.

Dîtes à la belle-mère que vous allez vous coucher ou que vous ne souhaitez pas parler, dégagez l'entité de la pièce ou allez sortir marcher autour de chez vous pour vous ressourcer un peu (idéalement au contact de la nature). Vous pouvez aussi méditer pour regagner des forces et vous détendre.

La demande d'aide en tant que médium

Si vos proches savent que vous êtes médium, attendez-vous à être solicité régulièrement pour savoir ce que vous ressentez d'une personne, d'un lieu, d'une situation ou d'une chose. "Eh, peux-tu regarder la photo de mon coup de coeur pour me dire s'il me conviendrai ?", "Tu pourrais me faire un tirage de tarots ?", autant de questions récurrentes auxquelles vous allez devoir vous habituer.

Je le répète encore une fois : vous êtes humain(e) et à ce titre, vous avez vos jours avec et vos jours sans. Un médium n'est pas là pour répondre à toutes les questions qu'on lui pose. Apprenez à dire "non pas aujourd'hui, je suis crevé(e)". Vos interlocuteurs l'entendront, normalement...si ce n'est pas le cas posez-vous la question de continuer à fréquenter ce type de personnes aux tendances parasitaires.

Imaginons que vous acceptez par exemple de regarder une photo et de lire les énergies, si vous en êtes capable. Que risque t-il de se passer ?

  • Vous allez devoir utiliser beaucoup d'énergie pour obtenir des résultats similaires à des jours où vous êtes reposés.
  • Vous ne serez pas en mesure de préserver vos énergies d'une éventuelle attaque (directe ou indirecte).
  • Vos ressentis seront plus facilement influencés par votre psychisme ou par des forces extérieures.
  • Vous aurez du mal à réfléchir, à prendre du recul.

Or, ces choses sont essentielles pour que votre utilisation de la médiumnité soit pertinente. Personnellement, lorsque je suis fatigué, j'évite ce genre de pratiques, car non seulement le risque que je dise une ânerie seront plus fort que jamais, mais en plus je risque d'aggraver ma fatigue et me remettre encore plus difficilement.

Les pratiques magiques et les rituels

Les rituels ou la pratique magique (voyance, invocation, évocation d'entités, etc.) nécessitent que vous soyez à votre plein potentiel. Les praticiens expérimentés savent à quel point la préparation matérielle, physique, mentale et émotionnelle sont capitales pour réussir une action en magie. Qui plus est, si vous devez vous confronter à l'invisible, des entités, un défunt ou même juste à une force énergétique qui n'est pas la vôtre, vous avez toutes les chances d'échouer à manifester la présence, d'être trop facilement crédule et manipuable, ou encore de vous faire attaquer et d'en prendre plein la tête.

Car la protection magique passe avant tout par une volonté et une lucidité d'esprit maîtrisées. Si vous n'êtes pas en mesure d'en avoir sous la pédale en cas de besoin, vous risquez de faire des erreurs d'appréciation, ou d'être rapidement dépassé(e) par des forces qui ne vous feront AUCUN cadeau. Car même si vous comptez invoquer ou évoquer une force que vous considérez comme foncièrement bienveillante envers vous, la menace peut venir d'ailleurs : les entités opportunistes, les larves, les défunts mal intentionnés, ou même la présence d'une entité trop puissante pour vous.

Le choix du bon moment pour réaliser un rituel ou un acte magique est une des clés de la réussite de ceux-ci. C'est pourquoi un mage qui sait ce qu'il fait fera en sorte de se reposer avant d'entamer le rituel. S'il ne se sent pas apte à réaliser le rituel : il sait reculer, s'abstenir, par sagesse et humilité. Ne présumez jamais de vos forces lorsque vous savez au fond de vous que potentiellement, quelque chose peut mal tourner. La confiance absolue en une force bienveillante sensée vous protéger pendant le rituel peut se retourner contre vous : soit parce que l'entité en question s'avère ne pas être fiable ou bien simplement parce que cette même force ne pourra pas vous aider sur les plans énergétiques où vous allez travailler : le plan physique, éthérique ou astral notamment.

Conclusion

La pratique de la médiumnité et de la magie en général n'est pas bien différente d'une compétition sportive. Allez-vous choisir de courir un marathon si vous vous sentez déjà pas au top sur la ligne de départ ? Sans doute pas, à moins que cela ne soit réellement nécessaire. Prenez le temps de réfléchir, de peser le pour et le contre, faites vous confiance...mais pas trop !

J'espère que cet article vous aurez éclairé et vous fera réfléchir. On insiste jamais assez sur le fait que la médiumnité comme la magie ce ne sont pas des jeux. On ne pratique pas pour le fun ou "pour voir ce qui va se passer". C'est le meilleur moyen de se planter et d'amèrement le regretter une fois que vous aurez l'eau jusqu'au cou. Soyez donc raisonnable : parfois, il vaux mieux reculer pour mieux sauter... :)

La médiumnité et la maladie

Beaucoup d'entre vous se poseront la question de la pratique de la médiumnité ou de la magie lorsqu'on est malades. Arnaud Thuly a fait une très bonne vidéo sur le sujet et je ne pense pas pouvoir faire plus juste que lui. Je vous invite donc à la regarder ici.

Ouvrages sur la médiumnité

Vous trouverez des livres ésotériques que je vous recommande dans cet article.

Plus spécifique à la médiumnité, ce livre peut servir de base :

Apprendre et Comprendre la Médiumnité

Voir sur Amazon

Notez l'article


(52 vote(s))



S'abonner à ma newsletter

Vous pouvez vous inscrire à ma liste de diffusion d'e-mails pour recevoir une fois par mois des conseils ésotériques. Vous serez aussi notifié des sorties importantes de l'auteur : livre, guide à télécharger, etc.



En soumettant votre inscription, vous acceptez que l'adresse e-mail soit exploitée dans le cadre d'envoi d'emails ciblés, en pouvant vous désinscrire à tout moment. Vous reconnaissez aussi avoir lu notre politique de confidentialité.



Soutenir le blog

Ce blog vous offre gratuitement plus de 600 pages de contenu.

Si cet article vous a été utile, vous pouvez me faire un petit don, même de 1€, via PayPal ou Tipeee pour soutenir mon travail.

Merci à vous ❤ !

Derniers articles autour de ce sujet

Rechercher sur le blog

Le blog contient plus de 600 pages de contenu gratuit, je vous conseille de faire une recherche pour trouver d'autres articles.


Le livre du moment

Cliquez sur la couverture pour voir le livre sur Amazon ou ici pour lire ma critique sur le blog.