NOUVEAU : Une vidéo par jour sur TikTok, abonnez-vous !

LA FORMATION SUR LA PRATIQUE MAGIQUE EST ICI : Cliquez ici pour la découvrir



La pratique de l'évocation est la plus représentée lorsque l'on parle d'ésotérisme et de pratique magique au commun des mortels. Avec cette imagerie du mage ou du sorcier cherchant dans son cercle à manifester une force occulte. Beaucoup de fantasmes alimentés par le cinéma et une pratique de l'ésotérisme de plus en plus vulgarisé, simplifié, dépouillé diront certains, entourent cette branche des pratiques rituelles. Mon confrère HieroSolis a posté sur Facebook un article américain sur le sujet et je vous en propose ici une traduction, car il est très intéressant. Je viendrais compléter cet article avec mon expérience personnelle.

Avant de lire la traduction (je ne suis pas traducteur professionnel !), j’ai annoté celui-ci avec des numéros pour reparler de certains sujets évoqués par l’auteur.

Traduction de The Truth about Evocation, écrit par Aaron. Article original.

J’ai remarqué que les gens ont tendance à avoir une mauvaise compréhension générale de ce qu’est l’évocation et de ce à quoi elle est destinée. Beaucoup de gens semblent croire que l’évocation est l’essence même de la Magie de Salomon. Ce n’est pas le cas.

Je comprends pourquoi ce point de vue existe. Dans la fiction occulte et fantastique, il est nécessaire de rendre les choses intéressantes - le défaut est donc de toujours montrer un mage debout dans son cercle protecteur, entouré de fumée d’encens, une baguette ou une épée à la main, chantant dans des langues antiques, appelant des créatures effrayantes ou impressionnantes depuis les brumes astrales [1]. Ce n’est pas différent, par exemple, d’un film policier qui vous montre uniquement les poursuites passionnantes et les techniques de détective impressionnantes, sans jamais mettre à l’écran les heures de paperasse et d’attente qui constituent en fait la majeure partie du travail [2]. Il en va de même pour la représentation populaire de la magie basée sur les grimoires. Et, comme on ne voit jamais le mage faire qu’une seule chose - l’évocation - elle tend à devenir ce que l’on s’imagine quand on pense au sujet.

Un autre coupable, croyez-le ou non, ce sont les grimoires eux-mêmes. Ou, devrais-je dire, l’interprétation populaire erronée des grimoires. Comme je l’explique à la fois dans Secrets of the Magical Grimoires et dans mon cours de débutant en ligne, les grimoires ne présentent pas en fait l’ensemble de la tradition salomonienne. Ce ne sont que des manuels de démarrage (c’est pourquoi on les appelle "grammaires"), vous donnant des instructions sur la façon d’établir un premier contact avec les anges et les esprits de la tradition. Une fois que vous avez établi ce contact, il n’est pas nécessaire d’effectuer l’évocation encore et encore. À partir de là, les esprits prennent le relais et vous enseignent la vraie magie - et ce n’est pas seulement une nouvelle évocation [3].

L’évocation a deux objectifs principaux :

1) établir le contact avec un être (ou un groupe d’êtres) spirituel. Une fois que vous avez ce contact, vous n’avez plus jamais besoin d’effectuer l’évocation pour cet être. Bien entendu, vous devrez la refaire pour toute nouvelle entité que vous souhaitez rencontrer. Je ne vous suggère donc en aucun cas de ne plus jamais faire d’évocation ! Cependant, vous n’aurez pas besoin de la répéter pour le ou les esprits que vous avez déjà contactés. C’est-à-dire, tant que vous liez cet être à un Talisman, un Anneau, une Tablette, un Autel, etc. et que vous avez un moyen de continuer à travailler avec lui (NDT : à la manière d’une "ligne téléphonique directe" sans passer par un standard) [4].

2) Pour les questions importantes qui nécessitent d’interroger directement un être spirituel. Plus particulièrement lorsque vous avez une série de questions à poser. C’est pourquoi les grimoires utilisent souvent l’évocation dans le but de découvrir des informations cachées, de retrouver des objets ou des personnes perdus ou volés, de recevoir des instructions spécifiques pour quelque chose, de trouver un trésor enfoui, etc., etc. J’ai déjà dit dans le passé que l’évocation - c’est-à-dire son utilisation dans ce but précis - est en soi une forme de divination [5]. Vous parlez à l’esprit afin d’apprendre quelque chose que vous ne saviez pas auparavant. Sinon - pourquoi l’appelez-vous ?

Par conséquent, l’évocation est quelque chose qui se fait BEAUCOUP plus rarement que d’autres aspects de la Tradition. Dans la plupart des cas, vous pouvez adresser une demande à un ange ou créer un Talisman pour tout ce dont vous avez besoin, sans passer par le processus d’évocation complet qui dure des semaines ou des mois [6]. Si, c’est-à-dire si vous avez déjà fait le travail d’évocation des esprits avec lesquels vous travaillez et que vous avez pris le temps et l’effort de construire une relation de travail avec eux. Dans notre maison, nous avons des autels aux sept Archanges Planétaires (les mêmes que ceux que vous voyez dans l’Heptameron), sans parler de mon HGA (NDT Holy Guardian Angel, Saint Ange Gardien) et de mes familiers, de la Prenda de Carrie (NDT je n’ai pas réussi à traduire), de son Autel des Ancêtres, et de quelques autres encore. Nous n’avons pas besoin de passer des mois à leur faire des évocations complètes quand nous avons besoin de demander quelque chose - parce que nous l’avons déjà fait et maintenant ils vivent ici ! [7] Nous n’avons qu’à les évoquer en apparence visible/audible lorsque nous avons besoin de leur poser des questions spécifiques et d’obtenir leurs réponses directes.

Autre chose à considérer également : il n’est PAS nécessaire d’évoquer des dizaines d’esprits ! J’ai vu des gens qui se vantent d’avoir invoqué les 72 esprits de la Goétie [8]. Ou qu’ils ont évoqué tous les Shem haMephoresh et/ou les Anges de l’Arbre de Vie. Mais, les amis, ce n’est pas comme ça que cette tradition fonctionne ! Vous pourriez être un mage dans la tradition de Salomon prospère toute votre vie et ne contacter qu’un ou deux esprits. Vous devez trouver un esprit qui travaille bien avec vous, qui vous aime et avec qui vous obtenez des résultats - et continuer à travailler avec cet esprit [9]. Cet esprit peut ou non être capable de faire tout ce dont vous avez besoin - et, si ce n’est pas le cas, il peut vous diriger vers (ou même vous présenter à) un autre esprit qui le peut, et maintenant cet esprit fait partie de votre équipage. Les Anges et les esprits des grimoires ne sont pas des Pokémons ! [10] Vous n’êtes pas obligé de tous les collectionner. Votre armée spirituelle doit être quelque chose que vous construisez très lentement et délibérément au fil des ans, et non pas être traitée comme une liste d’appels dans une société de vente par téléphone.

Oui, nous avons BEAUCOUP d’autels chez nous - surtout parce que nous faisons cela professionnellement. Mais, même avec nous, il y a un plus petit nombre d’entités auxquelles nous nous adressons pour la plupart des choses. Pour moi, c’est d’abord ma HGA, puis mes familiers. Si on me le demande, je peux soumettre un problème à l’un des sept archanges - et cela a souvent tendance à être Sachiel et Iophiel, parce qu’à un moment donné, je suis devenu un magicien de Jupiter. Pour Carrie, elle ira souvent voir Anael ou Samael parce qu’elle a une relation spéciale avec eux. Cela ne veut pas dire que nous n’allons jamais voir les autres Archanges, mais c’est plus rare par rapport à ceux avec lesquels nous travaillons le plus.

Et il est encore plus rare que nous fassions des évocations complètes pour eux. Désolé si cela ressemble plus à du travail qu’au fantasme génial d’être un magicien - mais c’est la vérité. Et maintenant, vous l’avez.

Rituel magique

Ma vision de l’évocation

Avant toute chose, j’aimerais préciser que je ne me considère pas comme un grand évocateur. Ce n’est pas ce qui constitue l’essentiel de ma pratique. Comme pour tout ce qui touche à l’ésotérisme, je vous invite à remettre en question tout ce que vous allez lire pour laisser de la place à votre propre réflexion, nourrie par l’expérience du terrain, qui est la seule qui à mes yeux compte réellement.

Pour celles et ceux qui aimeraient apporter une critique constructive ou des compléments d’information, ou bien leur propre vision de la pratique évocatoire, n’hésitez pas à écrire dans les commentaires ou me contacter par MP. Je serais ravi de publier votre vision sur cet article.

Je commence par rebondir sur certains passages de l’article traduit.

[1] et [2] L’imagerie du mage dans son cercle

Le cercle est une composante iconique de la pratique magique occidentale, car il symbolise l’Unité avec un grand Tout que chacun voit un peu à sa manière. Il y a aussi l’idée importante de créer une séparation entre le profane et le sacré, de faire un environnement compatible sur tous les plans avec la "réalité" occulte que l’on contacte. A la manière d’un aquarium dans lequel on verserait de l’eau pour y placer un poisson.

Il est toutefois faux de résumer l’imagerie du cercle "de salon" avec des symboles occultes partout, l’imagerie très occidentale nourrie par Hollywood et autres représentations artistiques, comme une représentation fidèle de ce qu’il se fait partout. Dans le livre La magie des 28 anges lunaires de HieroSolis par exemple, il donne une technique utilisant une création d’espace de travail en spirale. Il existe beaucoup de cultes et de pratiques plus tribales, voire chamaniques, où il est question d’évocation, mais sans traçage de cercle comme on l’imagine via la tradition occidentale.

Le propos de l’auteur est à mon avis de dénoncer l’image "cinématographique" du rituel où l’on peut s’attendre à ce qu’il se passe quelque chose d’exceptionnel. Si je devais faire un film de mes rituels cérémoniels, je pense sérieusement que cela ne vous fera pas plus palpiter qu’un reportage sur la reproduction des crevettes roses d’Amérique du Sud.

Derrière cette image glamour de l’occultisme, la réalité de la pratique rattrape vite ceux qui passe de la gloriole sur les livres à l’exécution réelle en dehors des posts Facebook/Instagram.

Un rituel c’est au moins 30% de préparation avant le jour J : mise en condition, jeûne, choix de la date, de l’heure, organisation de l’espace, rangement, ménage, rassembler le matériel, le bon encens, l’harmonisation intérieure avec ce que l’on désire obtenir. Il y a ensuite au moins 20% de mise en condition : purification personnelle, mise en condition spirituelle (prière, dévotion, méditation, etc.), le fait de se vêtir des habits rituels. Il y a ensuite la phase de construction du rituel, le cercle, l’appel des forces, allez, 10% si vous êtes habitué(e). Après vient la phase d’attente : car oui, il ne suffit pas de réciter l’incantation "magique" pour que l’entité se pointe avec trompettes et tambours. Parfois c’est long, très long : il m’arrive fréquemment d’attendre 15, 30 voir 45 minutes (généralement je laisse tomber après cette durée). Ce, avant de commencer à avoir un "signe" que quelque chose est avec moi. Vient ensuite la phase "plaisir" où l’on peut discuter avec l’entité, pour peu que vous puissiez la comprendre : chacune a sa méthode et à chaque fois il faut s’adapter. Ce n’est pas le téléphone astral ou une réunion sur Zoom. Finalement, c’est 10% du rituel où il se passe vraiment quelque chose. Il faut ensuite remercier, renvoyer les forces. Et une fois le rituel fini : on range tout, on passe l’aspirateur pour récupérer le gros sel qui va nous coller sous les pieds pendant une semaine, on purifie tout, on bannit tout ce qui a voulu rester crécher chez vous. 20% ?

Vous l’aurez compris : le rituel d’évocation, c’est 80% de "paperasse" et de mise en condition (je ne parle même pas de l’étude !), pour à peine 20% de "fun". On est très loin de ce que les débutants imaginent. Si vous voulez vous amuser, avoir quelque chose qui vous secoue vraiment - un choc choisi, car je vous garantis que se faire recadrer par une force occulte énervée n’a rien d’agréable - payez-vous une séance de saut à l’élastique. Sincèrement, vous y gagnerez en argent, en temps et sauverez des années de votre vie.

Les occultistes sérieux font - je pense - des rituels parce qu’ils veulent progresser spirituellement, chercher des réponses, expérimenter leur réalité, comprendre et apprendre. Ils ne font pas ça pour les sensations fortes. Peut-être au début, mais ceux qui veulent juste faire ça pour ce type de motifs se lassent très vite.

[3] L’enseignement de la "vraie magie"

Ce que dit l’auteur, c’est que les grimoires et les méthodologies "publiques" sont essentiellement des fils d’Ariane, mais que le réel contenu, la sagesse que l’on peut retirer d’échanges et de contacts occultes, réside surtout dans ce que va nous apporter une force que l’on évoque (dans ce contexte). Ce peut-être des révélations, des conseils, des informations, un enseignement, des techniques, des sceaux, des familiers ou toute autre chose qu’elle jugera bons de vous donner.

J’ai eu la chance de pouvoir avoir quelques contacts fructueux et intéressants avec quelques entités (on parle de moins que les doigts d’une main sur 10 ans de pratique) et il est vrai que je chéris particulièrement ce que j’ai appris d’elles, car c’était souvent des choses que l’on ne peut pas "trouver dans les livres". Pas que d’autres occultistes n’auraient jamais pu apprendre - cela m’étonnerait beaucoup d’avoir quoi que ce soit d’unique dans ce que j’ai appris - mais que ce type de savoir est difficilement "enseignable", car pas toujours intelligible.

Par ailleurs, les sceaux que l’on obtient, les noms "réels" des entités, les familiers ou d’autres faveurs qui nous sont offerts, je pense que nous avons tous tendance à les considérer comme très personnels. Cela ne me viendrait pas à l’idée de les mettre à disposition de n’importe qui. Déjà, car ce serait donner comme le login et le mot de passe d’un réseau social au tout venant, mais à mes yeux, ce serait comme insulter et manquer de respect à l’entité qui m’a accordé sa confiance. Laisseriez-vous un inconnu porter un bijou que quelqu’un de cher vous a donné, un héritage ou ayant une haute valeur sentimentale ? Personnellement, non.

Cet enseignement, cette initiation, on peut la vivre seul(e) via les entités et nos recherches personnelles, mais l’on peut aussi se tourner vers des covens ou des groupes initiatiques comportant d’autres praticiens. Il ne faut pas résumer le contenu de ces initiations au simple volume de livres, de monographies, ou l’épaisseur du discours des maîtres, car ce serait occulter le principal : ce sont avant tout les rituels de groupe, la pratique elle-même, dans un carcan méthodologique carré ou le bagou de l’explorateur spirituel cherchant à expérimenter en dehors des sentiers battus, qui sera votre meilleur professeur.

[4] De la nécessité de devoir refaire une évocation pour une entité

Il est fréquent, si l’une de vos évocations est réussie, si l’entité vous apprécie, qu’elle vous donne quelque chose pour la recontacter plus facilement la prochaine fois. Généralement, il peut s’agir d’un sceau d’invocation, que l’on pourrait comparer à un couple identifiant / mot de passe d’un compte personnel sur un ordinateur. Le fait de penser à ce sceau, le charger ou l’utiliser dans une visualisation permet de se connecter directement à l’entité, ou une part de son émanation.

Il est aussi courant d’avoir une pierre, un talisman, un pendentif, ou tout autre objet qui est dédié à "concrétiser" le lien qui se tisse avec l’entité. Ce type d’objet peut faire l’objet de "talkie walkie" pour communiquer plus facilement avec l’entité, favoriser son accès à vos énergies personnelles, faire un relais d’énergie pour faire persister les énergies d’un rite dans le temps (par exemple, une protection).

Si vous pratiquez l’évocation, demandez-le bien à l’entité si vous sentez que le courant passe entre vous. Acceptez aussi que certaines entités soient plutôt distantes, froides, ou sévères : certaines vous feront attendre longtemps avant de vous accorder ce type de privilèges.

Inutile de dire qu’il sera très mal vu de partager ce type d’objets ou de sceaux "privés" avec le tout venant.

[5] L’évocation comme moyen de divination

Je pense que l’évocation est un formidable outil complémentaire à la voyance traditionnelle. Certaines entités ont des capacités de divination indéniablement plus puissantes que les humains et peuvent avoir accès à des informations que vous n’aurez jamais la possibilité d’avoir par vous-même.

Comme dans toute communication spirituelle, je vous invite toutefois à toujours prendre du recul sur ce qui vous est dit, de toujours vérifier si l’information est plausible, la vérifier si possible et ne pas "tout gober".

[6] Les évocations durant plusieurs jours, mois voir années

Certaines entités sont très éloignées de notre réalité et les rituels nécessaires pour les évoquer peuvent être extrêmement contraignants. Des contraintes de ciel (dates), de moyen (préparatifs importants et matériel coûteux), d’entraînement (il vaut mieux être un "vétéran"), une piété ou une dévotion authentique (rare de nos jours). Je pense notamment aux archanges, que l’on dit évoquer ou invoquer avec une simple prière d’internet : je vais sortir de ma réserve habituelle pour mettre les choses au clair. Les forces telles que les archanges sont non seulement extrêmement difficiles à contacter, mais sont aussi très difficiles à "supporter". Ne croyez pas qu’ils sont doux, gentils, cordiaux et protecteurs parce que vous êtes un "enfant de Dieu". Ils ne sont pas - comme on le prétend - proches des humains. Ils sont proches de Dieu, nuance importante. Ils servent de messagers et constituent des "rouages" d’un système dont la compréhension échappe aux capacités humaines. Ce sont des forces "brutes", capables du meilleur comme du pire. Imaginer les utiliser pour vos arranger vos relations amoureuses, votre confort matériel, ou vos petites vengeances personnelles, c’est vivre dans le monde des bisounours.

Les contacts avec de telles forces sont rares, dirais-je : rarissimes. Ceux qui ont eu la chance d’avoir un contact vrai étaient majoritairement des parangons de vertu, des ermites, des ascètes, ayant voué leur vie tout entière à se préparer à cette éventualité qui n’a sans doute jamais été exaucée pour l’immense majorité. Si votre piété se limite à prier quand vous avez besoin d’un service et aller aux enterrements, c’est très mal barré pour vous. Au-delà même du fait de prier qui peut ne pas être indispensable selon les traditions, si votre conscience spirituelle est peu développée, vous n’entrerez jamais en résonnance avec les sphères où résident de telles forces.

Quand je vois sur internet tant de gens se pavaner d’avoir des contacts avec l’Archange Gabriel, je le dis : ce n’est pas à lui que vous parlez. Au mieux, une émanation inférieure dans la hiérarchie angélique, au pire et je pense que c’est le plus courant, les très nombreuses entités opportunistes ravies d’usurper le nom des plus grands pour se nourrir.

Il est tout à fait possible de contacter des "anges" (que ce soit dans le sens ancien de "messager" ou dans le sens théologique), mais cela ne se fait en aucun cas sans préparatifs, sans respecter un protocole - long, rigoriste et "chiant" d’un point de vue profane - et cela peut prendre des mois, voir des années dans certains cas. Son corps doit être un temple, il faut souvent renoncer à certains plaisirs, travailler énormément sur soi, mettre de côté sa vie matérielle, surtout son égo et ses petits problèmes.

Plus l’entité est "élevée" (dans une hiérarchie), plus généralement il est compliqué, long, voire impossible, de la contacter directement (il faut "monter les échelons" en contactant les intermédiaires). Pour certaines, les évoquer directement : même pas en rêve ! Si vous en êtes capable, avec soit une chance insolente avec un coup de pot sur la date ou un potentiel inné important, soit un travail de longue haleine sur vous-même, si vous y allez n’importe comment, une telle présence sur notre plan d’existence peut vous briser, littéralement : corps comme esprit. Nous ne sommes pas du tout fait pour supporter de telles manifestations sans y être préparés ; si tant est même que nous le soyons sans les nombreuses précautions et "dérivations" à l’image d’un courant électrique que l’on éviterait de prendre directement (force "tampons", autorité assurée par une autre force, respect de la hiérarchie, etc.).

C’est d’ailleurs pourquoi je trouve particulièrement dommage que l’on "snobe" les entités étant plus basses dans ce que l’on considère comme la hiérarchie d’un système. La "puissance" apparente d’un être n’est pas du tout déterminante : à mes yeux, c’est sa spécialisation et son adéquation, son "analogie", avec notre objectif qui fait la différence. De toute manière, dites-vous bien que vous n’êtes qu’un humain et que la majorité de ce qui se trouve dans l’invisible sans être une larve, un parasite ou toute autre opportuniste (type défunt) est plus ancien, sage et fort que vous. Dès lors, la gestion de vos problèmes d’humain ayant une vie "anodine" de 100 ans à l’échelle de l’ancienneté de l’Univers devient accessible à beaucoup de forces, même si sur le papier, elles "vendent" moins de rêves que d’autres.

Il n’y a pas de honte à ne jamais chercher à évoquer je ne sais quelles divinité ou archange, alors qu’on peut parfaitement évoquer une sylphe pour avoir un coup de main dans sa recherche d’information, un gnome pour finir son mois, créer un familier pour s’aider à se rappeler de nourrir ses plantes ou encore utiliser un ange "mineur" connu uniquement, car il est spécialisé dans le fait de retrouver un objet perdu. Ce qui importe : c’est que le résultat soit là ! L’outil importe peu.

Vouloir absolument "faire appel au plus puissant", au fond, c’est un problème d’égo. C’est vouloir appeler le Président de la République pour réclamer un formulaire pour changer de médecin traitant. C’est ridicule, on est d’accord ? Vous allez à l’accueil demander à un ou une gentille secrétaire dont c’est le boulot et qui le fera très bien. Même chose en espérant demander à Métatron de faire revenir votre ex. Je pense sincèrement qu’il s’en bat un peu les noisettes...

[8] Chercher à invoquer un maximum d’entités

Il est déjà tellement difficile de tisser une relation sincère avec une entité que je vois mal comment certains peuvent sincèrement appeler tout "le répertoire téléphonique" en espérant devenir amis avec tout le monde. Vous pouvez serrer la paluche de 300 personnes, si vous ne vous présentez pas et n’essayez pas de connaître sincèrement chaque personne, il y a à priori peu de chances que l’une d’entre elles vous prête 50000€ sur un sourire, sa voiture pour emmener vos marmots à l’école et accepte de vous enseigner son travail parce que votre tête lui revient.

Si certaines entités vous feront du pied, seront plus ou moins liées à vous de par votre nature, votre caractère, votre passif ou même en l’honneur d’une hypothétique ancienne collaboration dans une autre vie, une relation honnête et sincère n’est pas bien différente d’une amitié humaine. Il faut du temps, de la patience, accepter de donner sans arrière-pensées, initier des contacts réguliers, apprendre l’histoire et la mythologie de l’entité en question. Et cela ne se fait pas "comme ça", sur un coup de tête, ni en 2 jours ni en 3 mois.

De plus, essayer de contacter la première entité venue sans bien se renseigner sur ce qu’elle est, ou ce qu’elle a l’habitude de faire, ce peut être dangereux.

Il me semble plus sage de faire peu, mais faire bien. Avoir une relation privilégiée avec une entité, peu importe sa puissance apparente - ne sous-estimez jamais une entité parce qu’elle n’est pas listée quelque part ! - ce peut-être une grande source de sagesse, d’enseignement, de protection, voir même d’assurance-vie dans certains cas. Il est évident qu’à moins de réellement aimer une entité pour ce qu’elle est, de lui vouer un culte ou d’être réellement en symbiose avec elle, il y a souvent un intérêt. Intérêt mutuel d’ailleurs ! Ne nous voilons pas la face. Les entités elles-mêmes ne sont pas naïves. Je vous personnellement la magie comme un échange. Je ne crois pas que tout soit "gratuit", loin de là.

Mais assumez, soyez sincère, soyez vrai(e), intéressez-vous à elle, faites que vos actes et vos paroles - au quotidien et pas seulement le jour de l’an - soient compatibles avec ses valeurs à elle. Ne dit-on pas qu’il est mieux d’avoir peu de très bons amis que beaucoup de "connaissances" qui ne seront pas là quand vous en aurez besoin ?

[9] Travailler souvent avec une entité

Je ne vais pas redévelopper : vous avez compris, cela me semble évident. Plus vous travaillez avec une force, une entité ou un système, plus vous êtes à l’aise et plus les résultats sont là. Rien qui n’échappe à la logique et au bon sens, donc.

[10] Les entités ne sont pas des Pokemon

Est-il seulement nécessaire de commenter ? Hélas, quand je vois - mes confrères et consoeurs confirmeront volontiers ce constat - que les divinités et les différentes entités sont considérées comme des "créatures à collectionner" ou des simples outils pour satisfaire ses petits plaisirs égotiques d’humain insignifiant, ça me rend fou.

Les entités ne sont pas des esclaves. Elles ne sont pas soumises aux humains, sauf si elles ont été conçues comme telles. Tâchez de ne pas l’oublier, car imaginer insulter une entité ou la contraindre sans en avoir réellement la capacité peut vous valoir selon les cas, une grosse frayeur, une bonne fessée droit dans l’égo, un gros mur de réalité, une perte définitive de votre santé mentale, ou un aller simple de l’autre côté. Et malgré mon ton "plaisantain" pour rendre la lecture plus légère, j’ai malheureusement connu des gens ayant très mal fini dans ce milieu. Oui, je parle bien de personnes décédées dans des circonstances très louches, des suicides, des hospitalisations en psychiatrie, des vies de famille détruites, des dommages collatéraux et des maladies graves apparues anormalement "tôt". Je peux vous garantir que ce n’est pas une légende : à peu près toute personne sérieuse qui exerce au moins une quelques années à connu au moins un exemple réel de ce type.

Cela vous fait peur et vous donne envie de ne pas continuer la pratique ? Tant mieux. Je ne prétends pas être courageux, ni même téméraire, mais j’ai appris qu’il faut quand même ne pas avoir peur du noir et de vivre des expériences qui dépasse ce que l’on croyait possible. L’occultisme n’est pas fait pour tout le monde. Je pense qu’il est sain de savoir que tout est possible plutôt que de se dire que rien ne vous arrivera jamais. J’ai déjà eu très peur, j’ai eu de vilaines expériences, très peu nombreuses, mais suffisamment marquantes pour m’avoir appris que de faire un cercle à l’arrache ou évoquer "à l’aveugle" et en mode "on verra bien" une force multimillénaire peut coûter cher. Mes consoeurs et confrères vous le confirmeront volontiers : on a tous eu des "fails" et je pense que c’est important de le reconnaître. L’humilité est aussi importante dans ce milieu : plus on avance, plus on a conscience d’en savoir très peu.

L’ésotérisme n’est pas un jeu, on ne le répétera jamais assez. Si bien-sûr la grande majorité des débilités que vous trouverez sur internet écrites par des novices au mieux ou des vendeurs de rêves, sur Facebook ou Instagram, vous feront juste "faire un bad trip", car vous ne ferez que vous autoconvaincre qu’il y a quelque chose, dès que vous commencez à toucher à l’évocation en étant capable - consciemment ou non - d’ouvrir la porte, sachez bien que les règles et les procédures que d’autres occultistes ont jugé sages de transmettre et de recommander vivement ne sont pas là pour "embellir" la pratique.

Ce n’est pas pour embêter les débutants que l’on insiste lourdement sur le fait de bannir les énergies avant ET après un rituel. Ce n’est pas non plus pour rien que l’on fait un cercle, que l’on a TOUJOURS un athamé (dague rituelle) à portée de main lorsqu’on évoque quelque chose, ou encore que l’on se place sous les auspices d’une puissance supérieure afin de contenir une éventuelle force qui deviendrait hostile.

On assiste malheureusement avec l’essor d’internet et du merchandising du développement personnel, du new age, du "tout cuit" de notre société, à un appauvrissement de la pratique et la perte des bases nécessaires. J’ai moi-même eu des cas de conscience en écrivant certains de mes articles, en me rendant compte après coup de n’avoir pas été assez rigoureux dans le peu que j’ai pu transmettre. Il y a au final cette croyance qui s’est installée, que tout nous est acquis, que tout est accessible, juste parce qu’on le veut, juste parce qu’on croit le pouvoir. Nous avons trop souvent désacralisé des forces qui nous ont précédés, qui sont à l’origine de notre univers et qui continueront de faire tourner cette immense machine bien après nous. Sans forcément les diviniser toutes, sans pour autant être une carpette sous le poids de leurs propres ambitions, soyons au moins respectueux, investis et sincères dans nos démarches envers elles.

Contacter l’invisible nécessite de "savoir se tenir", d’apprendre les codes élémentaires de la "street", au même titre que votre maman vous a appris à regarder des deux côtés de la rue avant de traverser la rue, ou que vous avez compris à vos dépends que poser votre main sur une plaque rouge était généralement une mauvaise idée. Ne pas apprendre les bases de la pratique rituelle avant de faire une évocation, c’est jouer sur l’autoroute en espérant que la pensée positive vous protègera des méchantes voitures.

Conclusion

Désolé, encore un pavé ! J’espère que ce n’était pas barbant et que je vous aurais au moins fait réfléchir.

L’évocation est une pratique à la fois passionnante et source d’expériences parmi les plus incroyables que l’on puisse vivre dans l’ésotérisme. Mais il faut accepter qu’elle ne soit pas tout, qu’elle soit un art à part entière et qu’il faille l’aborder avec à la fois de l’humilité, du respect pour les forces que l’on invoque et la raison pour ce qui est des précautions à prendre.

J’en profite pour remercier chaleureusement HieroSolis de m’avoir fait découvrir cet article (qui m’a servi de prétexte je l’avoue!) - et accessoirement pour ses très nombreux conseils. Son livre (La magie des 28 anges lunaires) est l’un de ceux qui m’a le plus aidé pour la pratique de l’évocation, je le recommande donc chaudement, au même titre que le livre Pratique de la Magie évocatoire de Franz Bardon, un classique parmi tant d’autres.

I would like to thank Aaron for agreeing to translate his article despite my probably lame translation. His blog is very interesting and worth a look ! Here is the link : https://aaronleitch.wordpress.com

Débutez la pratique magique

Ces cours sont destinés aux débutants et aux faux débutants souhaitant être autonomes dans leur pratique des rituels avec des bases communes aux traditions de haute-magie et de sorcellerie. Les cours sont progressifs et permettent d'avoir une initiation de plus de 6 mois. Vous apprendrez à vous protéger, à purifier votre aura, à développer vos capacités et bien d'autres techniques éprouvées, sourcées par des livres de référence et agrémentés d'anecdotes sur plus de 13 ans de pratiques occultes. Déjà plus de 1000 personnes m'ont fait confiance.

Vous pouvez télécharger ma formation de 20 cours écrits (95 pages en PDF) et 5h de cours audio additionnels.


Télécharger la formation


Sources et recommandations de lecture

Je veux voir les livres sur ce sujet

Voyante recommandée par Ophis Phosphoros

Si vous souhaitez consulter une médium pour communiquer avec les défunts ou pour faire des tirages sur des questions plus générales,
je vous recommande Séléné Médium.

Publicité Séléné

Concevez votre rituel de A à Z

Mon nouveau logiciel de conception de rituel vous aidera à choisir la meilleure date, le bon encens, les bonnes plantes et les forces à appeler pour réussir.

Commencez maintenant

Service de voyance

La co-auteure du blog Runa Eir propose des services de voyance via mon site.

Faire une demande

Livres que je vous recommande

Cliquez sur les couvertures pour voir les avis et le résumé.

Voir tous les livres recommandés

L'auteur

Je suis occultiste et blogueur, passionné par l'ésotérisme depuis plus de 10 ans. Mes articles sont basés principalement sur des sources traditionnelles d'auteurs classiques et reconnus de l'ésotérisme occidental. Mes pratiques magiques tournent autour des rituels avec les sphères planétaires, de l'écriture magique et de la création d'entités.

Commentaires

Roland

Merci sincère pour cet article que je trouve plein de clarifications. Une question tout de même. Si la magie est un échange dans lequel les entités évoquées peuvent nous apporter certaines aides, que pouvons-nous les humains, leur apporter de concret et de bénéfique pour eux en retour?

Rocha

Merci pour ce post. Une véritable homélie.

Victor Grouchko (Auteur)

Les entités sont majoritairement intéressées par l'énergie ainsi qu'un ancrage sur notre plan que nous pouvons leur donner à travers le travail avec elle, mais dès qu'on rentre dans du "grand bonnet" (divinités etc.), il est plus question d'influence au sens large. Plus une divinité est connue, plus elle devient puissante car son nombre d'adepte va grandir, etc.

Sandra

Encore un superbe article qui remet bien en perspective ce que représente la magie et un de ses "sous domaine" si je peux m'exprimer ainsi. Je rejoins aussi Roland dans sa question sur ce que nous pouvons leur apporter concrètement pour que les entités veuillent bien s'intéresser à nous. De plus, je me pose une question probablement très naïve: il m'est arrivé d'être tellement perdue à un moment donné que j'ai appelé les esprits qui m'entouraient à haute voix et très fort en les suppliant de m'aider à surmonter ce qu'il y avait à ce moment là, sans aucune préparation de quelque sorte que ce soit. Chance ou réelle écoute/entente? Les choses se sont extrêmement bien passées juste après (mais vraiment!). Est-ce que cela peut exister? En tout cas, encore merci Victor, votre blog est passionnant et vos articles permettent de bien cadrer l'art de la magie. Merci!

Poster un commentaire