Mon enfant est médium Mon enfant est médium

Mon enfant est médium

Ecrit par : Victor Grouchko

Vous êtes ici :

"Mon fils ou ma fille voit des esprits, des ombres, des défunts", "Je crois que mon enfant est médium...que faire ?","Mon enfant à un ami imaginaire qu'il croit réel, je sens parfois aussi sa présence". Les forums sont remplis de parents posant ces questions. Les enfants sont naturellement plus à l'écoute des phénomènes occultes et aux manifestations de l'invisible, car ils n'ont pas encore acquis certains filtres et un recul sur leurs perceptions. Cet article est dédié aux parents qui ne savent pas comment agir pour le bien être de leur enfant, voici mes conseils.

Pourquoi les enfants sont-ils aussi réceptifs à la médiumnité ?

Beaucoup de médiums ou de parents sont convaincus que les enfants sont encore "reliés" au divin, à un cycle de réincarnation, à un "poids karmique", des vies antérieures, ou qu'ils auraient des dons de médium qu'ils perdent avec l'âge.

Personnellement, je pense qu'il y a beaucoup de fantasmes, d'hypothèses sans fondement ni preuve et que les choses peuvent s'expliquer assez rationnellement, sans tomber dans les délires new age.

Un médium adulte qui développe ses capacités sait à quel point les croyances et son esprit sont des filtres (nécessaires) face aux manifestations des mondes invisibles. Au fil de sa vie, il a acquis des convictions, réfuté des hypothèses, son vécu lui a appris que tout ce qu'il perçoit n'est pas forcément réel ou digne d'intérêt. Face à un ressenti, l'esprit critique essaie de juger si celui-ci est plausible. Ces filtres jouent une sécurité salutaire pour éviter de devenir fou, en ne distinguant plus la réalité de la fiction de son imaginaire. Mais c'est aussi un frein à des ressentis "purs", totaux, absolus, qui nécessitent une acceptation et un lâcher-prise que peu d'adultes peuvent prétendre posséder sans un travail sur eux-mêmes. La société, très matérialiste, scientifique, a aussi contribué à "détruire" la crédibilité des phénomènes dits "paranormaux", relégués à des superstitions ou à du folklore.

Un enfant est quant à lui plongé dans l'imaginaire, les contes de fées, il n'a pas encore une "raison" développée. Un enfant croit que tout est possible, du monstre sous le lit, aux fées jusqu'au père Noël. Son esprit considère que tout ce qu'il perçoit peut exister. Il ne filtre que très peu de choses. Parce qu'il pense que tout est possible, tout est acceptable, alors il perçoit facilement, sans filtre, avec plus de facilité que les adultes.

Si votre fils ou votre fille a une sensibilité particulière naturelle ("dons" de médium), elle s'exprimera parfois plus facilement pendant son enfance. Si votre maison, votre appartement, les lieux que vous fréquentez sont le théâtre de manifestations occultes : esprits, défunts, entités, énergies lourdes, votre enfant les percevra sans doute avant vous. Vous vivez en effet dans votre quotidien, avec un esprit et des sens moins disponibles, plus hermétiques à ce que vous ne pouvez expliquer rationnellement.

Le cas des amis imaginaires

Certains parents s'inquiètent de la place que prend l'ami imaginaire créé par leur enfant. D'après les spécialistes, de 3 à 5 ans de nombreux enfants créent un "ami imaginaire", notamment les enfants uniques, afin de développer leur sociabilisation. Certains amis imaginaires sont aussi créés par l'enfant pour surmonter un traumatisme (la perte de son grand-père ou de sa grand-mère par exemple). Ces créations purement fantasques sont souvent conçues à partir de leurs aspirations, de leurs craintes. Il ne faut pas s'en inquiéter outre mesure, il n'y a rien d'ésotérique là-dedans. Si cela devient gênant pour la sociabilité de l'enfant avec ses petits camarades, vous pouvez toujours l'emmener voir un psychologue par exemple.

Toutefois, des parents sensibles à la médiumnité pourraient se demander dans quelle mesure un ami imaginaire ne pourrait-il pas être en fait une véritable entité ou un défunt ?

Vous pouvez très bien essayer de percevoir l'ami imaginaire en question si vous en avez les capacités. Autrement, la présence d'une entité dans une maison ou liée à votre enfant ne passera que rarement inaperçue : discernement d'ombres, mouvements suspects à l'extrémité de votre champ de vision, coups dans les murs, baisse de la température inexplicable, sensation d'être observé(e), cauchemars à répétition, etc. Mais ici, il sera question de hantise, c'est donc un sujet plus complexe, qui ne concerne pas que les enfants. Mais la rareté de ces manifestations est équivalente à celle de ce type d'entités nuisibles. Il ne faut donc pas crier au loup trop vite et voir des entités de partout...

Alors quand faut-il commencer à s'inquiéter de voir votre petite tête blonde se préoccuper bien trop de ce qui ne vous semble pas qu'être qu'une création de son esprit ?

Les symptômes à surveiller chez l'enfant (le cas de la hantise)

Si vous pensez que votre maison ou votre enfant subit un phénomène de hantise, ou qu'une entité rentre en contact avec lui, il faut être alerté quand :

  • Il ressent des peurs irrationnelles qui le perturbent (à l'école, à la maison, etc.).
  • Lorsqu'il fait des terreurs nocturnes aux contenus similaires et en se plaignant de "ne pas être tout seul dans sa chambre".
  • Lorsque vous constatez des bleus inexplicables sur le corps de votre enfant (même s'il faut garder à l'esprit que les enfants se cognent facilement).
  • Lorsque votre fils ou votre fille parle 'trop" avec quelque chose d'invisible.
  • Que son comportement change de manière notable et inquiétante (crises).

Certaines entités parasites peuvent ainsi être une nuisance pour les enfants, dans ce cas il faut agir. Vous pouvez faire un rituel de dégagement (seulement si vous avez de bonnes bases), faire une purification de votre maison (accessible à tous), ou bien faire appel à un professionnel (surtout en présence d'entités agressives). Dans le cas d'un défunt qui a du mal à coexister avec vous, ou un ancien résident des lieux, parfois il est possible de négocier son départ en l'aidant ou en apprenant à vivre ensemble (évitez de déplacer certains objets auquel il a tenu, ne tentez pas de le faire partir de chez lui, etc.). Normalement un bon médium vous proposera la solution la plus adaptée pour éviter des conflits inutiles.

Heureusement, toutes les entités ne sont pas mal intentionnées, il peut y avoir chez vous des énergies stagnantes, la présence d'un défunt récent, qui peuvent donner lieu à des évènements que relèveront votre enfant. Je vous conseille d'en parler avec lui et de l'écouter. Il faut le rassurer, le pousser à rationaliser ce qu'il voit ou ressent, ne pas s'en inquiéter outre mesure, surtout si l'entité en question ne dérange personne. Il ne faut pas que l'enfant développe un attrait malsain et une dépendance à cette entité, il faut lui rappeler qu'il habite "dans notre monde" et non pas dans ce lui de son "ami(e)". L'invisible ne doit pas être un refuge lorsqu'on s'évertue à fuir le monde dans lequel nous vivons : ce conseil s'applique aussi bien aux adultes !

Comment accompagner ou limiter l'apprentissage ésotérique de son enfant ?

Plus tard, votre enfant pourra manifester un intérêt pour la médiumnité, à travers des envies de lecture par exemple. Ici, c'est à chaque parent de juger si son fils ou sa fille est assez mûr(e) pour s'intéresser à ces choses. Je considère personnellement que je ne mettrai aucun ouvrage ésotérique dans les mains d'un enfant avant l'âge de 16-17 ans, mais certains adolescents dès 13-14 ans peuvent avoir une certaine précocité. Certains parents mages ou sorciers laissent un accès restreint à leur bibliothèque personnelle. C'est un choix, je conseillerai de placer les livres potentiellement dangereux hors de leur portée (dans les étagères supérieures, dans votre chambre, sous clés, etc.).

Il ne faut pas oublier que la magie et les mondes invisibles peuvent être dangereux. Le principal risque ne vient pas tant de l'invisible lui-même, mais plutôt de la capacité qu'a votre enfant à gérer son rapport au réel et aux priorités du quotidien. L'adolescence est une période d'intense transformation, l'occulte peut pousser un adolescent à se refermer sur lui-même, à délaisser son corps (alimentation, sport), ce sont en fait des signes du manque d'ancrage qui est d'autant plus risqué chez un adolescent, ou un enfant que chez un adulte. Il faut donc être vigilant.

Vous devez imposer un cadre, afin d'éviter les dérives et les obsessions. Rappelez-lui que sa vie dans le monde physique, avec les études, ses amis, le sport, la famille, doivent rester ses priorités. Vous pouvez aussi lui rappeler que cela n'est pas un jeu ni un divertissement que de contacter l'invisible (à ce compte-là, investissez plutôt dans des films ou des jeux vidéo...).

Ne l'infantilisez pas trop non plus : vous pouvez lui accorder votre confiance, s'il sait se montrer prudent et raisonnable. Il n'y a rien de pire que de dire à ado : "ne fait pas ça" sans lui expliquer pourquoi, ou en le prenant pour un "bébé". Il faut le pousser vers l'autonomie, tout en restant vigilant pour qu'il ne fasse pas n'importe quoi.

Je vous conseille de surveiller (de loin) les sujets d'intérêts ésotériques de votre enfant, en s'assurant notamment qu'il évite de toucher à des domaines liés à la pratique rituelle, ou tout ce qui concerne le contact direct avec les entités (il sera une cible particulièrement manipulable).

Doit-on interdire à son enfant de pratiquer la médiumnité ?

La médiumnité est une sensibilité qui se développe naturellement plus que la moyenne, chez certaines personnes. Beaucoup de médiums ont connu leurs premiers contacts avec l'invisible parfois très jeunes. Je vois la médiumnité comme une chance, un cadeau, un autre "sens" qui nous permet de voir au-delà du visible et du matériel. Cette aisance et ces capacités font partie de votre enfant : il faut accepter cela, comme vous le feriez s'il avait un don pour la musique, la peinture, ou le dessin. Il ne faut pas le brider dans sa créativité, alors autant faire de même dans sa sensibilité médiumnique.

Si vous interdisez l'étude de l'ésotérisme ou de la médiumnité à un adolescent, vous prenez le risque qu'il le fasse dans votre dos, vous aurez alors du mal à surveiller ce qu'il lira ou fera. Vous deviendriez aussi une figure d'oppression et non une personne de confiance vers qui il/elle pourrait se tourner en cas de problème.

Peut-on brider la médiumnité de son enfant ?

C'est possible, toutefois je considère que c'est criminel que de procéder ainsi. C'est comme si vous décidiez pour préserver votre adolescent ou votre enfant des mauvaises choses qu'il pourrait voir dans la rue de lui bander les yeux. Que vous le vouliez ou non, la médiumnité se développera chez lui si elle doit se développer. Il vaut mieux selon moi être pédagogique, le cadrer, l'aider à bien maîtriser ses capacités, à être raisonnable sur leurs usages, que de jouer à l'autruche.

Il faut aussi noter que brider les capacités médiumniques d'une autre personne peut vous valoir de nombreux problèmes avec certaines entités.

Comment aider son enfant à progresser avec ses capacités ?

Vous l'aiderez essentiellement par votre écoute, vos encouragements, votre capacité à lui donner un cadre et à être un référent de confiance vers qui il pourra se tourner. Il a besoin d'être accepté pour ce qu'il est, pour que ce soit plus facile pour lui d'accepter ses capacités. Votre rôle en tant que parent est donc indispensable. Si certains enfants font leur apprentissage seul, avoir au moins un parent bienveillant et assez 

Vous pouvez le pousser à pratiquer la méditation, par exemple dans le cadre du sport, en Yoga, en Qi Kong, ou en Taï Chi. Certains autres arts martiaux asiatiques peuvent contribuer à développer sa sensibilité ainsi que sa maîtrise du mental et de ses émotions. Favorisez autant que possible ses contacts avec la nature, à travers le jardinage, son intérêt pour les plantes, les animaux, les travaux manuels. Être "manuel" est quand même un véritable atout pour un médium qui pourra fabriquer plus tard ses propres outils.

Encouragez-le enfin dans toutes les activités artistiques où il pourra "mettre sur papier" ce qu'il ressent grâce à la médiumnité.

Voici quelques disciplines liées à l'ésotérisme que je considère comme relativement sûres :

  • La lithothérapie (l'usage des pierres semi-précieuses et minéraux en tant qu'outils énergétiques),
  • La phytothérapie (médecine par les plantes),
  • L'aromathérapie (l'utilisation des huiles essentielles),
  • Le travail énergétique personnel (travailler sur la clairvoyance, la clairaudience, etc.),
  • La sourcellerie (trouver des points d'eaux avec des baguettes ou des points d'énergies),
  • L'astrologie.

À la condition que vous contrôliez sévèrement la création ou l'utilisation de produits pour la phytothérapie et l'aromathérapie, ce sont des centres d'intérêt qui peuvent développer la curiosité de l'adolescent, développer sa rigueur, son goût pour l'apprentissage, en plus de lui donner des connaissances utiles pour son quotidien.

Quelques disciplines que je considère comme à surveiller :

  • La voyance : tarots, oracles, runes, oghams, etc. (il risque de manquer de recul ou de faire peur à ses camarades),
  • Le magnétisme (potentiels problèmes de santé à cause de la mauvaise gestion des énergies),
  • Le reiki (un peu trop jeune pour les initiations),
  • Le pendule.

Quelques pratiques que je considère comme réservées aux adultes :

  • Le spiritisme,
  • Le travail avec des esprits ou des entités (quelles qu'elles soient),
  • Les pratiques pouvant toucher au sexe (tantrisme, courants ésotériques de voie de main gauche), 
  • Tout ce qui touche à la rituellie ou les cérémonies magiques.

Conclusion

Il est naturel que vous puissiez vous inquiéter de ce que votre enfant peut percevoir, ou bien les centres d'intérêts de votre fille ou fils adolescents. Tout est affaire d'équilibre dans la position que vous avez. Soyez compréhensif, tolérants, dans un rapport à la confiance réciproque, tout en étant en mesure de cadrer et d'intervenir pour rappeler que l'ésotérisme ou la médiumnité ne doivent pas être les centres de son existence. En tant que parent, vous êtes un point d'ancrage dans le réel.

Si vous n'êtes pas familier avec la médiumnité, intéressez-vous y un minimum, afin de montrer à votre enfant que vous êtes ouvert à ce qu'il vit. Vous comprendrez aussi que de nombreux clichés circulent sur ce milieu : que votre fils ou votre fille s'adonne à la médiumnité ne veut pas dire qu'il finira dans des orgies satanistes à évoquer Satan dans votre salon...ou à jouer à la Oui-Ja avec quelques copains et risquer de se faire posséder par un esprit frappeur qui se fait passer pour Tata Monique. Non...c'est du cinéma ça :)

Si l'invisible peut être dangereux quand on est imprudents ou que l'on fait n'importe quoi, beaucoup de médiums vivent très bien leur sensibilité. Votre enfant est différent...aidez-le à développer cette différence, il vous en remerciera sans doute plus tard !

Ouvrages sur la médiumnité

Vous trouverez des livres ésotériques que je vous recommande dans cet article.

Plus spécifique à la médiumnité, ce livre peut servir de base :

Apprendre et Comprendre la Médiumnité

Voir sur Amazon

Notez l'article


(21 vote(s))


Ce blog gratuit vit de la publicité. Si vous avez un bloqueur de publicité et que cet article vous a été utile, vous pouvez faire un petit don (même de 1€) via PayPal pour soutenir mon travail. Merci à vous ❤ !


Derniers articles autour de ce sujet