Menu
Ophis Phosphoros
Menu

Auteur :
Note moyenne : 5/5 (4 avis)

La consécration d'un objet imprègne en lui une énergie spécifique dans le but de la rendre propre à la pratique magique ou théurgique. Par cette opération, l'objet consacré est ensuite considéré comme sacré, en opposition au caractère profane des objets du quotidien. Dans cet article, je vais vous présenter l'utilité de cette démarche, le type d'objets que l'on consacre ainsi que le tronc commun entre tous les rituels de consécration.

Qu'est-ce que veut dire consacrer un objet ?

Le Larousse défini la consécration en ces termes : "Dédier à Dieu ou aux dieux un lieu, un édifice, les réserver à un culte divin".

Cette définition est floue, limitée et n'est pas correcte à mes yeux.

Le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL) nous donne une définition bien plus satisfaisante : "Revêtir d'un caractère sacré en dédiant à quelque divinité par une action rituelle."

L'essentiel y est.

La consécration est tout d'abord une action rituelle (par un cérémoniel codifié ou une action magique suivant une trame traditionnelle à minima) par laquelle on fait passer un objet, comme une bougie, un athamé, un pentacle d'autel, une huile, des herbes ou de l'encens, d'un caractère profane (ou vulgaire) à un caractère sacré. On le rend ainsi opératif dans le cadre d'une cérémonie ou d'un rituel qui comporte, peu importe, la tradition ou la culture, la création d'un espace sacré où l'on fait appel à des forces subtiles.

De manière plus pragmatique, l'action de consacrer ou de bénir (ces termes étant synonymes) revient à charger un objet d'une énergie donnée. Cette étape est essentielle lors de la préparation des composants et outils qu'un mage ou un sorcier souhaite utiliser dans le cadre d'un rituel.

Enfin, il est important de préciser que tout le monde peut consacrer (ou bénir) un objet, mais tout le monde ne peut pas consacrer un objet à n'importe quelle force et correctement, en suivant le rite canon d'une tradition, qu'elle soit magique, sorcière ou religieuse.

Consécration, sacerdoce et initiation magique

Continuons avec un exemple. Si vous n'êtes pas à minima baptisé, il vous sera impossible de consacrer de l'eau bénite dans la tradition chrétienne (merci à Marie-Véronique Lechêne pour cette précision). De la même manière, vous ne pourrez pas transformer une salle communale en église et la consacrer correctement sans avoir reçu le sacerdoce, c'est-à-dire avoir été ordonné prêtre, soit par un évêque dans l'Église catholique romaine ou orthodoxe, qui constitue une forme de lignée (ou filiation) prenant sa source des mains d'un des pères fondateurs de l'Église.

Vous aurez beau réciter les formules et litanies adéquates, votre objet ne sera jamais béni ou consacré correctement (et vous risquez d'avoir mauvaises surprises lors de leur utilisation).

De la même manière, vous ne pourrez pas consacrer un objet à une divinité sans qu'elle vous ait accordé le droit de le faire et vous ait ainsi octroyé une forme de reconnaissance. Je ne parlerai pas de sacerdoce, car il n'y a pas de formalisme systématique dans la prêtrise avec toutes les entités et dans toutes les traditions. Quoi qu'il en soit, vous pouvez bien sûr lors de vos premiers rituels avec une entité lui consacrer des objets en vue de lui offrir, mais il faudra ensuite lui demander si elle vous autorise à consacrer des objets, surtout pour un usage au sein d'un groupe.

Dans la tradition sorcière, les covens et dans la tradition magique les ordres magiques sont des structures ou cette capacité de concrétisation peut se transmettre du Grand Maître/Maître/Grand Prêtre (etc.) aux membres ayant reçu l'initiation. Les modalités varient également beaucoup selon les groupes en question et la légitimité d'un groupe de praticiens aux yeux d'une divinité ou d'une tradition reste laissée à l'appréciation de chacun. La capacité de concrétisation obtenue dans ces groupes se limite à des consécrations.

La capacité de consacrer est donc fortement liée au principe d'initiation et finalement d'une transmission de cette capacité au fil des générations. Malheureusement, nous n'avons pas tous la chance d'avoir dans nos connaissances une personne capable de nous transmettre un sacerdoce ou de nous introduire auprès d'une tradition magique légitime.

Il reste toutefois possible de faire une auto-consécration. Jean-Luc Caradeau en parle dans son livre Melchior ou la Voie Magique. Ce rituel d'apparence simple à faire, nécessite toutefois un vrai travail en amont. On ne s'auto-consacre pas en récitant une formule magique imprimée sur internet. Le premier prérequis est déjà l'étude soutenue de la force à laquelle vous vous consacrez (connaître la divinité, connaître les textes fondateurs, etc.). Le deuxième prérequis est une implication réelle, une forme de dévouement, dans la tradition choisie. On ne fait pas cela sur un coup de tête. Et enfin : il y a un travail à faire sur soi, introspectif tout d'abord, et l'apprentissage des bases pratiques des rituels propres à la tradition.

Si vous débutez dans la pratique magique ou sorcière, il ne faut pas vous décourager. Lorsque j'ai été mis face à cette réalité, je suis le premier à avoir rouspété contre cette forme d'élitisme. J'en comprends mieux le sens avec le recul, mais je comprends parfaitement le désarroi d'une personne qui vient juste de mettre un pied dans l'occultisme.

Or, il est parfaitement possible dans un premier temps de consacrer vos objets en utilisant votre énergie personnelle ou par extension, moyennant un apprentissage de certaines techniques, les énergies élémentaires (feu, eau, air et terre). Cela suffira amplement pour vos premiers rituels et l'apprentissage de la magie jusqu'à un certain seuil ou vous serez alors en mesure soit de bénéficier d'un sacerdoce transmis par un tiers, un groupe ou bien de vous investir en vue de faire votre auto-consécration, par exemple dans la voie hermétique en suivant les enseignements de Franz Bardon, de Jean-Luc Caradeau ou de Papus qui sont des auteurs que je recommande régulièrement tout au long de mes articles.

Dernier point, plus à titre de culture générale, la capacité de consécration peut être perdue ou retirée. Un prêtre excommunié, un membre d'un coven ou d'un ordre exécré (banni), la rupture des relations avec une entité sont des causes (parmi d'autres) qui peuvent faire perdre cette habileté.

Effets d'une consécration

Un objet consacré acquiert une charge énergétique, qui se renforce ensuite au fur et à mesure de son utilisation. Cette charge énergétique peut être de plusieurs natures, en fonction de la force utilisée pour la consécration, mais aussi que l'intention qu'a exprimé le mage, le sorcier ou le prêtre lors de la consécration.

À titre d'exemple :

  • Un athamé consacré deviendra apte à désagréger des énergies hostiles lors d'un rituel.

  • Une bougie consacrée se chargera d'une énergie spécifique qui sera libérée au fil de la combustion.

  • Un lieu consacré facilitera le contact avec la gamme d'énergie choisie et servira de protection aux pratiquants.

  • Une herbe consacrée aura un effet grandement augmenté dans le cadre d'une action magique.

Pour simplifier, je dirai que consacrer un objet lui permet d'agir concrètement sur les énergies.

Il est aussi possible de charger un objet, comme une bague, un pendentif, un tarot, un oracle, ou tout autre objet, qu'il soit solide ou liquide, en vue de lui conférer une vertu. Par exemple, une bague consacrée à la Lune peut aider un voyant à renforcer ses visions. De même, un pendentif consacré au Soleil pourra aider à renforcer le charisme et la présence d'une personne. Les possibilités sont infinies...

Dernier point d'importance : la consécration permet d'activer des pentacles, des talismans ou des amulettes. Les pentacules planétaires, que vous trouverez par exemple dans les Clavicules de Salomon, de Piobb ou d'Agrippa doivent ABSOLUMENT être consacrés à la planète afin d'être fonctionnels.

Exemple : mon article sur les pentacles planétaires de Vénus.

Il en est de même pour beaucoup de médailles religieuses…n'hésitez pas à les faire bénir par un prêtre ! Cela change tout.

Comment se déroule une consécration ?

On retrouve le même procédé occulte. Au préalable le praticien exorcise l'objet de toute énergie qui aurait pu l'imprégner auparavant. Cela n'a rien de comparable avec un exorcisme de personne, il s'agit le plus souvent de deux phrases dans une formule et d'une visualisation correctement effectuée...

Ensuite, le praticien invoque l'énergie d'une divinité, du Divin ou d'une force et canalise cette énergie à travers ses mains (le plus souvent) pour en imprégner un objet. C'est donc un acte rituel, le plus souvent codifié si le praticien suit une tradition précise, mais en réalité l'acte de consacrer un objet "commun" (entendez par là autre chose qu'un lieu de pratique ou un objet majeur qui nécessitent un travail de longue haleine).

Un bon praticien pourra consacrer du sel, de l'huile ou de l'eau en quelques minutes. Mais la consécration d'un outil magique comme un athamé, une baguette, un miroir magique nécessite un vrai rituel cérémoniel avec le plus souvent les classiques bannissement, ouverture de cercle, appel des gardiens ou du divin, invocation de l'énergie, chargement de l'énergie dans l'objet, remerciement, renvoi des énergies et bannissement (voir mon article sur comment faire son premier rituel).

Vous noterez une similarité entre les opérations de magnétisme et de consécration. Le principe de "charge" énergétique est le même, mais le type d'énergie, l'objectif et l'intention diffèrent.

Voici un exemple de rituel de consécration très simple :

  1. Exorciser l'objet de toute énergie parasite (avec visualisation) : "Je t'exorcise, [objet], au nom de Celui qui créa le ciel et la terre. Que toutes les énergies que tu contiens t'abandonnent et retournent à leur source. Qu'il en soit ainsi."

  2. Bannir les énergies indésirables du lieu (voir rituel du bannissement du pentagramme).

  3. Tracer un cercle magique.

  4. Faire appel aux gardiens des éléments, aux archanges, ou les forces que vous avez l'habitude d'invoquer pour consacrer le cercle et le fermer via les 4 points cardinaux.

  5. Invoquer l'énergie par laquelle vous voulez consacrer l'objet. Exprimez vos intentions clairement et formulez les propriétés que vous voulez conférer à l'objet (attention : soyez raisonnables et cohérents, notamment avec les analogies de l'objet…). Exemple : "Je te consacre, [objet], aux énergies de X afin que tu sois l'outil de ma [protection, etc.]."

  6. Apposer les deux mains en dessus de l'objet afin de canaliser l'énergie reçue et attendre que vos mains ne picotent plus.

  7. Remercier les énergies.

  8. Renvoyer les énergies (laissez-leur le temps de partir d'elles-mêmes après leur avoir demandé, renvoyez celles qui peuvent rester ensuite).

  9. Fermer le cercle.

  10. Bannir les énergies résiduelles (voir point 2).

Les connaisseurs utiliseront des condensateurs fluidiques pour renforcer la charge d'un objet consacré.

Prendre soin des objets consacrés

Un objet consacré devient…sacré. Par conséquent, il doit être traité avec tous les égards.

  • Il ne doit pas être placé à la vue des profanes.

  • Il doit être rangé soigneusement, si possible dans une étoffe de soie.

  • Il ne doit servir qu'à la pratique magique (ne pas couper du saucisson avec son athamé ou utiliser son autel consacré pour servir l'apéro…).

  • Il doit être utilisé régulièrement pour garder et renforcer sa charge sur la durée.

Pour savoir si un objet est déchargé et donc plus consacré, vous pouvez utiliser votre pendule.

Exécrer un objet

C'est le contraire de consacrer. Exécrer revient à faire revenir un objet consacré à son état profane. Ainsi votre sel consacré ou béni, une fois exécré, redevient du simple gros sel.

Voici un exemple de formule (avec visualisation de l'énergie quittant l'objet) :

Ma puissance est dans le nom de Celui qui créa le ciel et la terre,
Toi, [objet],
Je renvoie toutes les énergies que tu contiens à leur source, 
Je te renvoie à l'état profane, à la matière primaire,
Par ma volonté,
Qu'il en soit ainsi.

Alors, pourquoi exécrer un objet que l'on a peiné à consacré ?

Tout simplement, car à l'exception de certains outils comme l'athamé, des statuettes de divinité ou un autel, il est préférable d'exécrer ces objets, de les décharger de leurs énergies. En effet, un objet consacré peut provoquer des phénomènes énergétiques potentiellement problématiques.

Si vous n'utilisez plus un objet consacré, il est préférable de procéder à une exécration.

Deux très bons exemples d'objets à TOUJOURS décharger sont les miroirs noirs et les boules de cristal de roche dont on se sert en voyance ou dans les rituels d'évocations. Ne pas les décharger revient à laisser une porte potentielle entre-ouverte…c'est idéal pour observer des phénomènes de hantise chez soi ! (ironie).

Les objets à consacrer autant que possible

  • Consacrer une bougie aide vraiment à diffuser de l'énergie sur la durée.

  • Consacrer un athamé est INDISPENSABLE. Ne pas le consacrer, à moins que la lame soit en fer pur, revient à se battre avec un couteau à beurre d'un point de vue énergétique. Ne négligez pas sa consécration : un athamé mal chargé sera un signe d'amateurisme aux yeux d'une entité qui pourra dès lors se sentir un peu trop en confiance… On consacrera un athamé avec l'énergie de Mars, de sa divinité tutélaire ou aux énergies divines.

  • Même chose pour la baguette, mais c'est moins critique.

  • Le sel, l'huile, les plantes doivent être chargés et si possible consacrés. Cela aide vraiment dans les rituels. Et en plus, ce n'est pas long.

  • L'eau bénite peut toujours servir (purification, dégagement). Même chose : cela ne prend pas longtemps à faire.

Conclusion

Derrière l'apparente inaccessibilité de la capacité à consacrer des objets à certaines énergies et selon certaines traditions se cache un acte finalement simple qui a une très grande importance dans la pratique magique.

Consacrer un objet lui confère un véritable "plus" d'un point de vue énergétique.

Commencez par utiliser vos énergies personnelles, puis celles élémentaires et enfin dès que vous serez à l'aise, les énergies planétaires quand vous saurez ritualiser correctement. Ne vous découragez pas et commencez par des objets simples avec des intentions simples.

Pratiquez régulièrement et prenez grand soin des objets que vous consacrez, sans oublier d'exécrer les outils rituels "de réception" comme les miroirs.

Noter l'article


(4 vote(s))
Recevoir des conseils par e-mail
J'envoie à mes 965 abonnés des astuces et informations utiles sur l'ésotérisme.
Vous souhaitez soutenir mon travail ?
Cet article est gratuit, comme 99% du contenu sur le blog. Si cet article vous a aidé, vous pouvez me faire un don via PayPal. Merci !

Livres conseillés sur ce sujet

Cliquez sur les couvertures pour voir les avis et le résumé.

Voir tous les livres recommandés

Commentaires

Cet article n'a pas de commentaire, vous pouvez en écrire un ci-dessous.

Poster un commentaire

Vos questions sur l'article et vos témoignages sont les bienvenus. Mais pour des demandes d'aide, merci d'utiliser mon annuaire pour faire appel à un médium professionnel de confiance.