Trouver sa voie spirituelle, c’est la problématique qui préoccupe toutes les personnes s’intéressant à l’ésotérisme ou qui se questionnent sur leur expérience de la réalité. Entre les voies de la magie, de la sorcellerie, du mysticisme ou de la religion, il est facile de se perdre. Il y a tant de traditions, de dogmes, de visions et d’avis différents. Je vous donne dans cet article des conseils pratiques pour développer votre vie spirituelle et vous aider à vous sentir enfin sur une voie qui fait écho en vous.


Un petit conseil : Jettez un coup d'oeil à ma liste des livres indispensables dans la spiritualité et la pratique magique (cliquez ici).

Cet article est composé de deux grandes parties : une partie plus théorique générale, avec des conseils qui me semblent importants, puis une autre partie qui rentre dans le vif du sujet en évoquant les grandes familles de voies qui peuvent constituer un bon départ pour vous.

Petit retour d’expérience personnelle

Rassurez-vous, pas de “je suis le meilleur”, ce passage va plutôt vous montrer un exemple de cheminement chaotique.

J’ai commencé la pratique magique il y a 10 ans. D’une nature plutôt girouette, j’ai eu la “chance” d’essayer beaucoup de choses, dans des courants ou traditions parfois totalement antinomiques : j’ai commencé par la sorcellerie (Wicca), puis je suis allé dans des voies plus obscures (Luciférisme), puis la magie du Chaos, puis je suis allé à l’AMORC (Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix), puis la Golden Dawn, puis enfin j’ai découvert l’ésotérisme orthodoxe chrétien avant de finalement adopter un mysticisme plus proche du courant hermétiste. (Si vous ne comprenez rien à ces termes ce n’est pas grave, ce n’est pas utile pour le reste de votre lecture :)).

Je me suis senti perdu très longtemps. Le constat était le suivant : aucune voie spirituelle ne me donnait cette sensation d’absolu, de me sentir chez moi. Cette voie, je l’ai enfin trouvée, après 10 ans de galère et encore : qui sait si dans 20 ans je suivrais toujours ce fil d’Ariane ? Je pense que si vous lisez cet article, vous êtes probablement dans cet état d’esprit, je me trompe ?

Quand vous lisez des témoignages sur internet de personnes qui se présentent comme accomplies dans leur spiritualité, vous pouvez avoir l’impression qu’elles ont eu la chance de trouver leur “dada”. La réalité est souvent bien moins glamour que ce que l’on vous montre : je ne connais pas un occultiste, mage, sorcier ou peu importe le titre, un pratiquant même religieux, qui n’ait pas douté. Qui ne se soit pas égaré, qui n’ait pas fait des sauts périlleux entre des voies qui parfois s’opposent.

La seule constante qui me semble indiscutable, c’est qu’il est nécessaire d’essayer plein de choses, encore et encore. C’est la pratique qui fait la réelle différence entre les personnes dans le domaine de l’ésotérisme ou de la médiumnité.

La peur et les préjugés

Peur et préjugés en ésotérisme

Lorsqu’on est débutant dans la spiritualité, on a tendance à s'accrocher au peu que l’on sait, qui nous vient généralement de la culture populaire. Le cinéma, les légendes, les livres de fiction, mais aussi la morale sociale ou religieuse. Vous êtes bombardé(e) en permanence de clichés assénés comme des vérités. On ne remerciera pas Hollywood pour cela, car lorsqu’on parle par exemple de spiritisme ou de sorcellerie, on voit directement des scènes de films d’horreur terrifiantes.

Je ne vous mentirai pas. J’ai déjà eu peur en pratiquant, mais jamais ce que j’ai vécu ne s’est approché de ce que vous voyez dans les films. J’ai eu des chutes d’objets, des sensations très désagréables, des portes qui claquent sans aucun courant d’air, des peurs-paniques, des sensations de présences, des voix flippantes, mais jamais on ne m’a projeté contre un mur, ou fait léviter et je n’ai jamais été possédé. Et pourtant, des conneries, croyez-moi, j’en ai fait un paquet ! A 20 ans je n’avais peur de rien !

Je tiens donc à vous rassurer sur un point : essayer un rituel de magie ne veut pas dire que vous vendrez votre âme au Diable et que tout va vous échapper. Respirez un coup !

La majorité des mauvaises expériences peuvent être expliquées par le manque de préparation, de sérieux et de recul des opérateurs. Si vous avez déjà l’envie d’apprendre correctement la pratique magique, ou même une pratique mystique, en respectant les règles de base tant de rituellie que d’hygiène de vie “énergétique”, alors vous êtes déjà mieux paré(e) que la majorité des personnes se lançant n’importe comment dans le milieu.

D’ailleurs, c’est la négligence qui a toujours été la cause de mes déboires...

Le premier exercice que je vous conseille de réaliser, c’est d’essayer de faire un maximum abstraction de ce que “les gens” disent sur une voie. Beaucoup prétendent que telle ou telle voie est “dangereuse” ou “maléfique”, souvent sans connaître ou l’ayant seulement pratiqué avec les pieds.

J’en ai parlé longuement dans mes article sur le bien et le mal en magie, ou celui où je parle de la conception erronée autour du terme magie noire.

Toutes les voies comportent des risques inhérents à la mauvaise interprétation des concepts, des dogmes et des énergies qu’elles véhiculent.

A ce stade de l’article, vous pourriez me dire : “Mais Victor, tu nous dit de ne pas avoir peur, mais tu ne fais que parler des choses dangereuses dans l’ésotérisme”. C’est vrai, cela peut sembler contradictoire, mais pourtant c’est quelque chose qui me semble sain.

L’ésotérisme, ce n’est pas tout rose, mais ce n’est pas tout noir non plus. En tant que débutant(e), vous devez être conscient(e) que les entités, vos soi-disant “guides spirituels”, vos confrères de la même voie, ne sont pas forcément vos amis et que même vos amis sont capables de vous faire du mal.

Ce qui importe VRAIMENT c’est que vous grandissiez au fil de vos expériences. Vous n’êtes pas là pour plaire aux autres, mais trouver votre exaltation dans une voie qui vous fait vibrer, corps et âme.

Pour résumer...

  • Soyez ouvert d’esprit, mais pas naïf.

  • Faites-vous confiance et écoutez-vous toujours.

  • Essayez tout si cela peut vous apporter quelque chose dans votre progression spirituelle.

  • Parlez aux praticiens des voies qui vous intéressent plutôt que de vous contenter des “on dit-que”.

  • Ne jugez pas sans avoir essayé.

Méfiez-vous des voies / personnes prônant un absolu

En magie, tous les extrêmes sont dangereux, bon comme mauvais en apparence.

Ne croyez pas que travailler avec les “anges”, la “lumière”, l’”Amour” et la “paix” est sans danger.

Des cinglés, qui l’étaient déjà avant ou qui le sont devenus, dans ces voies, j’en ai croisé un paquet. Des personnes mal dans leur peau, dépressives, se cachant derrière une “lumière d’amour” pour s’aider en croyant aider les autres, encore plus.

Des entités qui se font passer pour l’Archange Gabriel, il y en a une infinité dans l’invisible. Des forces qui vous feront croire que tout est beau, tout est bon, tout en vous poussant doucement vers leur toile pour vous transformer en buffet gratuit, aussi.

Si vous voulez en savoir plus, lisez mon article sur les entités se faisant passer pour d’autres.

Le problème, ce n’est pas vraiment la voie en elle-même, ou même les préceptes, c’est l’interprétation que nous en faisons. Le problème ne vient pas tant des forces que l’on utilise, mais surtout du praticien et de ce qu’il en fait. Ce n’est pas parce qu’une force est cataloguée “sombre”, qu’elle est associée à des concepts pas très plaisants comme la Mort, que ces énergies sont maléfiques.

Toute force existe pour une raison.

L’immense majorité des voies spirituelles cherchent à aboutir à une forme d’absolu, de compréhension ou de réintégration dans l’Univers ou en Dieu (c’est selon). Il n’y a pas une voie qui est meilleure qu’une autre.

Il y a des milliards de clés pour ouvrir une même porte, mais seulement votre clé fonctionnera pour vous...

Cependant, les vraies voies spirituelles, saines et sérieuses, ne vous demanderont jamais de mettre des oeillères. Si vous voulez appréhender la réalité, le monde visible comme invisible, vous devez accepter de tout voir. Le bon comme le mauvais. Toutes les facettes de la pièce.

Ce manque de discernement face au réel, cet absolutisme sans nuance et cet isolement du monde, sont autant de caractéristiques que partagent les sectes.

Il n’y a pas plus plus aveugle que celui qui ne veut pas voir. Les personnes les plus dangereuses dans l’ésotérisme, pour elles comme pour les autres, sont celles qui se persuadent que rien ne peut leur arriver tant qu’elles sont dans la lumière ou que leur voie est la seule qui soit valable.

Désolé, mais faire l’autruche, cela n’a jamais marché ! Crier haut et fort avoir la réponse à toutes les questions de l’Univers est aussi hypocrite.

Apprenez à vous penser par vous-même, ne suivez pas aveuglément une voie sans questionner ses préceptes, restez libre d’exister pour ce que vous êtes, dans un monde constitué d’une infinité de nuances qui font sa richesse.

Maintenant que j’ai donné quelques conseils de bon sens, passons au fond du sujet : les voies spirituelles.

Les trois grandes familles de voies spirituelles

Il y a, selon moi, trois grandes catégories de voies spirituelles. C’est un classement purement subjectif, qui n’est pas très académique, mais qui vous permettra je l’espère de discerner les grandes tendances pour avoir un point de départ.

Les voici :

  • Les voies liées à la sorcellerie,

  • Les voies liées à la magie,

  • Les voies mystiques et religieuses.

Ces familles ne sont pas hermétiques et il n’est pas rare de voies qui s’imprègnent de composantes d’une autre famille. On retrouve toutefois des “dominantes”. Et c’est ce que je vais expliquer pour chacune.

C’est un classement archétypal, il n’est pas exhaustif et juste fait dans cet article pour aider les débutants à se repérer… A noter que certaines voies sont totalement inclassables, ne vous vexez pas si vous ne voyez pas la vôtre !

Les voies liées à la sorcellerie

Voies spirituelles sorcellerie
 

Ces voies impliquent généralement la manipulation des énergies ou des forces liées aux forces naturelles. La pratique joue un rôle très important, elle s’inscrit souvent dans leur quotidien. Les rituels sont généralement plus simples et vont droit au but, ils sont plus intuitifs, les problématiques et les réflexions moins académiques que dans les autres familles. Dans les voies sorcières, il est courant de travailler avec des divinités de panthéons païens. Il peut donc y avoir une forme de dévotion, avec un rapport “donnant-donnant”.

Les pratiques sorcières peuvent être solitaires et aussi en groupe, au sein d’un coven.

Runa a fait un article sur le coven dans la Wicca.

Parmi les voies sorcières les plus connues, on trouve la Wicca avec ses innombrables branches : Alexandrienne, Gardnerienne, etc. (voir la section du blog sur la Wicca). Il y aussi des voies très colorées par la culture d’un pays ou d’une région. Ainsi, on peut considérer que l’Ásatrú (religion et magie nordique), les cultes celtiques, druidiques, la vénération de la Nature, peuvent être affiliés à des pratiques sorcières selon moi, même si le terme “sorcier” fera tiquer certains.

Selon moi, les pratiques sorcières présentent l’avantage d’offrir une liberté de pratique plus “freestyle”, moins cadrée, en utilisant plus l’intuition que l’étude littéraire. Le principal problème de ces voies, selon moi encore une fois, c’est que chacun fait un peu ce qu’il veut et que donc à moins d’être initié, vous allez lire un peu tout et son contraire selon les praticiens… Les débutants pourront aussi plus facilement commencer sur de mauvaises bases.

Si vous avez besoin d’un cadre, quelque chose d’assez carré et discipliné, alors ce type de voies peut ne pas vous convenir. A contrario, si vous voulez que votre pratique soit épurée, pragmatique et sans cadre, vous y trouverez sans doute un très bon point de départ !

Les voies liées à la magie

Hermès - Voies spirituelles en magie

Les voies magiques, que certains appellent “Haute magie”, regroupent souvent des pratiques cérémonielles, qui peuvent sembler plus théâtrales et complexes. La démarche spirituelle des mages est généralement plus intellectuelle, voire académique.

Les sciences “anciennes” que sont l’astrologie, la théurgie et l’alchimie sont souvent des composantes importantes dans les traditions concernées. Il n’est pas rare de voir chez les personnes férues de magie un intérêt marqué pour les langues anciennes, comme le grec et le latin ou l’hébreu, afin d’étudier des pratiques historiques ou des textes anciens d’une richesse introuvable aujourd’hui dans l’ésotérisme grand public. Cela ne veut pas dire pour autant que parler de telles langues soit un pré-requis.

L’étude du symbolisme est très poussée. Il y a un goût plus marqué pour les concepts abstraits et métaphysiques qui ouvrent les perspectives au-delà des pratiques plus “terre à terre” dans la sorcellerie.

Les voies initiatiques de cette famille sont généralement plus carrées que les voies sorcières. La progression est plus codifiée et la méthodologie plus rigoureuse. La pratique peut être solitaire ou en groupe, via des sociétés initiatiques ou des ordres magiques. Encore une fois, rien d’obligatoire.

Parmi les courants majeurs de la Haute Magie, on trouve la Golden Dawn, l’Hermétisme, La Rose+Croix, la Kabbale (qui peut avoir sa place dans plusieurs familles dont le mysticisme), ainsi que d’autres courants qui ont surtout vu leur âge d’or au XIXe siècle.

Les voies traditionnelles magiques peuvent s’inscrire dans le courant d’une grande religion monothéiste (chrétienne et hébraïque notamment), à contrario de la sorcellerie qui est plus souvent liée aux cultes païens. Il est toutefois possible de s’initier à la magie sans être croyant, ni même s’imprégner de ces courants religieux.

Les voies magiques sont pour moi plus exigeantes et plus difficiles à appréhender pour un débutant, car il y a souvent une grosse part de théorie, condition sinequanone à la pratique. Toutefois, ces voies ont le mérite de donner une bonne méthodologie et généralement des pratiques plus cadrées qui donnent de bonnes habitudes. Cette complexité sera enthousiasmante pour les personnes plus intellectuelles, leur permettant de mieux comprendre leur pratique et les mécanismes utilisés que dans les autres familles.

Il faut par contre - comme dans toutes les voies - sortir son nez du livre et mettre en application ce que vous apprenez, ce sans quoi vous rejoindrez la longue liste des faux praticiens donneurs de leçons mais sans aucune réelle expérience du terrain.

Les voies mystiques et religieuses

Voies spirituelles mystiques

C’est la famille la plus difficile à définir, car elle désigne des voies très hétérogènes.

Dans le mysticisme, il y a en commun une recherche du divin, dont la définition varie énormément selon les personnes. Que ce soit la vision d’un Grand Tout, de l’Univers ou de Dieu au sens religieux, le mystique va vouloir s’élever en tant qu’Être pour vivre des expériences transcendantales ou contemplatives, de communion. L’objectif final étant d’accéder à une forme de conscience supérieure, dans cette vie, après la mort ou dans les suivantes selon les croyances. Une sorte de réalisation de l’âme, d’épiphanie, de réunification avec un Principe primordial.

Cela peut vous sembler un peu “perché” mais le mystique ne cherche pas à nier le monde physique, au contraire, on retrouve généralement cette envie d’expérimenter “l’instant présent”, ne plus être soumis à la peur du futur et le poids du passé, exalter sa vie intérieure, pour réellement saisir l’essence de la réalité dans laquelle il vit.

Le mystique, contrairement à l’archétype du sorcier ou du mage, va généralement trouver son bonheur dans les pratiques méditatives et dans les états de conscience modifiés, ainsi qu’une discipline de vie.

Ces pratiques sont généralement très centrées sur le mystique en tant qu’être, ses actes, ses paroles, son corps et ses expériences de vie. Ce qui compte le plus, c’est l’expérience vécue à travers les pratiques. Il est moins question de penser, mais plus de ressentir.

On trouve chez beaucoup de mystiques une ascèse, c’est à dire un ensemble d'exercices physiques et moraux destinés à libérer l'esprit par le mépris du corps en vue d'un perfectionnement spirituel ou moral. Ainsi, il n’est pas rare de croiser dans les grands mystiques des ermites, des personnes faisant voeux de pauvreté, vivant simplement ou renonçant à certains plaisirs qu’ils jugent contraires à leur évolution spirituelle. Mais cela ne veut pas dire pour autant que vouloir suivre une voie mystique implique forcément de vivre une vie de renoncement loin de la civilisation…

Les pratiques des mystiques sont donc essentiellement, selon moi, méditatives. Mais la méditation, ce n’est pas forcément rester statique sous un arbre. Cela peut être une méditation active, comme la danse (exemple avec les derviches tourneurs), le chant, la récitation de poèmes, la création musicale, la peinture et tout ce qui permet d’élever sa conscience vers les plans supérieurs. La prière, récitée, silencieuse ou chantée, est également pratiquée par certains mystiques religieux.

La pratique d’un mystique peut être aussi pragmatique et ancrée dans le quotidien que celui des voies sorcières : il y a dans chaque instant de l’existence la possibilité de conscientiser ses actes et déceler l’essence du divin dans chaque chose qui nous entoure.

Il y a énormément de courants mystiques et chaque culture a un peu les siennes. En Europe, il y a des courants mystiques autour du christiannisme avec des figures majeures comme Saint Augustin ou Saint Jean de la Croix. La Kabbale hébraïque peut être considérée comme une mystique. En orient, on retrouve le Soufisme. En extrême-orient, l’Hindouisme, le Bouddhisme et le Taoïsme sont fortement teintés de mysticisme. On retrouve aussi le chamanisme, amérindien ou sibérien par exemple.

Les voies mystiques demandent de la rigueur et beaucoup de pratique, car c’est leur essence même. Ce n’est peut-être pas pas la voie la plus séduisante pour un débutant qui recherche très souvent des “résultats concrets et immédiats”, trouvant plus rassurant un rituel bien concret et un peu théâtrale. Pourtant, les voies mystiques sont extrêmement formatrices et vous permettent d’acquérir des techniques que vous retrouverez dans toutes les voies (la méditation par exemple). La recherche du changement d’état de conscience, très présent dans le mysticisme est un pré-requis pour la pratique magique ou sorcière à plus haut niveau. Le mysticisme pourra plaire aux personnes qui souhaitent rester fidèles à leurs croyances et les exalter, puisque ces voies sont généralement exclusives et font la part belle à un Dieu, une divinité ou une vision du divin.

Ne voyez pas les voies comme exclusives

A moins d’avoir immédiatement un coup de coeur pour une voie spirituelle, il est fortement probable que vous picorerez à droite et à gauche des informations, concepts ou pratiques. Certains éléments d’une tradition vous plairont, d’autres non.

Je suis longtemps resté bloqué sur la notion d’engagement. Ne croyez pas que pratiquer une voie vous empêche d’en étudier et d’en pratiquer une autre. De la même manière, vous pouvez en somme avoir des affinités avec plusieurs pratiques simultanément.

Les profils que j’ai dressé avec mes trois familles sont juste une vue d’esprit, pour vous aider à faire une première liste des voies possibles et laisser la possibilité de vous renseigner. Ne croyez pas qu’une voie magique est dans une sorte de carcan et qu’il n’y a ni exception ni emprunts, branches communes ou objectifs similaires entre les différentes traditions.

Créez votre propre voie spirituelle

Chaque parcours spirituelle est unique. Il n’y a pas de route toute tracée, même si dans certaines voies, il est question de degrés d’initiation. Ce n’est qu’un repère. La spiritualité, ce n’est pas une formation à l’université.

Le premier conseil que je peux vous donner sur le sujet est de ne pas limiter votre intérêt à un seul domaine. Osez lire des livres et surtout pratiquer en sortant de votre zone de confort, questionner des personnes dans ces voies, afin de vous nourrir de leur expérience. Cela ouvrira vos perspectives, vous rendra plus tolérant(e) et en plus vous verrez que de nombreuses voies proposent les mêmes objectifs mais simplement réalisés de manière différente

Ce qui m’a le plus apporté à titre personnel, c’est d’avoir pu étudier plusieurs systèmes et avoir extrait les “mécanismes” communs afin de pouvoir ensuite me débarrasser des choses qui ne me plaisaient pas. C’est comme pour la cuisine, il y a des centaines de manière de faire une recette, ce qui importe c’est de terminer son plat et qu’il soit bon.

Pour vous aider à composer votre propre corpus de connaissances, je vous conseille dès que possible de démarrer la rédaction d’un grimoire ou d’un livre des ombres.

Quelques domaines à étudier peu importe votre voie

Si vous souhaitez pratiquer, je vous conseille très fortement de vous intéresser à l’astrologie. Je ne vous demande pas de devenir astrologue, de faire des thèmes de naissance (bien que ce soit très intéressant !). Mais juste de savoir déterminer les dates et heures les plus adaptées pour votre pratique. Et d’avoir, grâce au symbolisme des planètes l’une des bases historique et la plus populaire pour aborder ce que l’on appelle l’analogie magique (voir mon article sur le sujet, ainsi que les nombreuses références à ce concept dans mes rituels magiques détaillés dans cette section du blog). Un concept très très important. C’est ce même symbolisme que j’utilise avec mon logiciel pour concevoir les rituels magiques.

Parmi les outils et techniques à apprendre en priorité selon moi : la cartomancie et le pendule. Très utiles pour obtenir des informations, faire un point sur votre situation, tandis que le pendule vous aidera à confirmer vos prédictions et de par exemple identifier des énergies, ou des causes de manifestation.

Où trouver des livres intéressants sur chaque voie ?

Par quel livre débuter en ésotérisme

J’ai fait une liste de livres par où commencer en ésotérisme.

Conclusion

Un article très dense, j’espère que vous aurez eu le courage de lire jusqu’au bout et que vous aurez à minima trouvé des noms de traditions sur lesquelles vous renseigner. Si vous pouviez retenir quelques points de l’article :

  • Ne cherchez pas de voie parfaite d’entrée de jeu, soyez curieux, lisez et pratiquez autant que possible.

  • Confrontez les points de vue à votre propre expérience, l’important c’est que cela marche pour vous.

  • Ce n’est pas parce qu’une voie a mauvaise presse qu’elle est forcément mauvaise pour vous.

  • Cherchez les points communs entre les pratiques et les conseils, pour être un jour capable de créer la spiritualité qui vous ressemble.

Si vous avez aimé mon article, n’hésitez pas à en lire d’autres dans la liste ci-dessous !

Vous avez aimé cet article ?

L'auteur

Je suis occultiste et blogueur, passionné par l'ésotérisme depuis plus de 10 ans. Mes articles sont basés principalement sur des sources traditionnelles d'auteurs classiques et reconnus de l'ésotérisme occidental. Mes pratiques magiques tournent autour des rituels avec les sphères planétaires, de l'écriture magique et de la création d'entités.

Livres recommandés

L'auteur a sélectionné des livres pour vous permettre d'aller plus loin sur le sujet de l'article.

Livres sur ce sujet ou Tous les livres par thème
Besoin d'aide ?

Je propose des consultations de voyance pour répondre à vos questions.

Me consulter

Livres recommandés par l'auteur

Cliquez sur les couvertures pour voir les avis et le résumé.

Voir tous les livres recommandés

Livres ésotériques

Mon NOUVEAU logiciel !

J'ai conçu ce logiciel unique en son genre qui vous permet d'utiliser les bons éléments dans vos rituels : encens, plantes, couleurs de bougies, mais aussi de connaître le moment idéal pour pratiquer selon les phases de la Lune et l'astrologie.

Essayez, c'est gratuit !