Comment la magie peut-elle fonctionner ?

Comment la magie peut-elle fonctionner ?

commentaires (discuter), écrit par : Victor Grouchko

Vous êtes ici :

La magie est une pratique consistant à utiliser des forces invisibles associées à la Nature, grâce à la connaissance de certaines Lois. Il est normal de douter au XXIe siècle des effets concrets de ces pratiques millénaires. Voici comment Papus, célèbre occultiste, défini et décrit le fonctionnement de la magie.

Likez la page pour être notifié des nouveaux articles et suivre des lives Facebook sur l'ésotérisme.

Cet article repose sur la lecture de l'ouvrage de Papus : Traité Méthodique de Magie Pratique, préfacé par le Docteur Phillipe ENCAUSSE (son fils, décédé en 1984), aux éditions Dangles.

Définition de la magie

Selon Papus, la magie est l'application de notre volonté aux forces de la Nature. Ces forces sont hyperphysiques, c'est-à-dire qu'elles dépassent la physique et le simple plan matériel. Un mage est donc une personne étudiant et s'essayant au maniement des forces occultes (ou cachées) de la Nature. Cachées aux sens physiques et au savoir profane. Par abus de langage, aujourd'hui, on associe à la magie à un ensemble de pratiques comme la voyance, l'astrologie, l'alchimie, le magnétisme, la pratique de rituels d'invocation ou d'évocation, etc.

Toutefois, ces parallèles ne sont plus conformes à la vision de la Magie vue par les Anciens. Ils avaient une approche beaucoup plus rigoriste, à base d'expérimentations, de compréhension de phénomènes observables avec un usage de forces invisibles, par la volonté, l'esprit, ou des puissances intermédiaires (divinités, entités, égrégores, etc.).

Pourquoi l'on a du mal à y croire

Au risque de ne pas me faire que des amis, voici le fond de ma pensée :

De nos jours, nous sommes plutôt passés dans une non-expérimentation par simple croyance, que cela fonctionne car certains gourous ou "grands mages" disent que cela fonctionne. Les pratiques new-age font souvent appel au mentalisme, à la psychologie, à l'auto conviction. Il y a de plus des influences d'ordre spirituelle ou politique qui ont grandement décridibilisé l'ésotérisme (j'en parle dans les dangers de la médiumnité).

Ce domaine sert  hélas d'échappatoire à beaucoup de personnes. Si la science est aussi critique envers l'ésotérisme, c'est en partie mérité : il faut toujours essayer, tester si cela fonctionne, par soi-même. La quasi-totalité des personnes dans ces milieux ont de nos jours abandonné ce goût de l'expérimentation. Pourtant, la magie, pratiquée sérieusement, donne des résultats ! Mais ne me croyez pas sur parole, testez par vous-même !

Arnaud Thuly cite notamment dans cet article une étude qui montre que plus d'une personne sur deux se disant mage, sorcière ou pratiquant dans le domaine ésotérique...n'ont jamais pratiqué !

Revenons à notre sujet d'origine, comment fonctionne concrètement la magie ?

L'exemple du Fakir et de la graine

Expérience de la graine en magie

Dans le livre, Papus conte ce témoignage d'une expérience avec un Fakir (un ascète soufi), rapporté par plusieurs personnes qu'il juge digne de foi, à trois années d'intervalle :

"On donne au fakir une graine quelconque qu'on a choisie soi-même. On apporte en même temps un peu de terre qu'on a prise chez soi et l'on met la graine dans la terre, sur les dalles de la salle à manger, par exemple. Le fakir, qui est absoluement nu, sauf un léger pagne, se place à un mètre environ du tas de terre, assis à l'orientale. Il fixe son regard sur la terre et peu à peu il pâlit et devient immobile, les bras étendus vers la graine. [...] Le fakir reste dans cette posture pendant une heure ou deux. Après ce temps, la plante a poussé d'un mètre ou d'un mètre et demi. Si l'on continue l'expérience, la plante dans l'espace de trois ou quatre heures se charge de fleurs, puis de fruits que l'on peut manger."

Papus explique que c'est la volonté que le fakir a utilisé qui permet de faire croître une plante de manière nettement plus rapide qu'à l'état naturel. Toutefois, ce n'est pas la simple énergie de la volonté humaine qui va faire pousser. Le fakir ne fait en réalité qu'agir sur la vie en sommeil dans la graine, en apportant une énergie vitale activant un processus qui n'a rien de surnaturel : l'acte magique ne va pas à l'encontre des lois fixes de la Nature.

Rien ne vous oblige à croire à cette expérience rapportée, mais elle a le mérite d'introduire ce qu'il y a de plus important pour réussir à manipuler les énergies.

L'action énergétique et les acteurs dans un acte magique

Fonctionnement de la magie

Papus commence à expliquer comment fonctionne l'expérience du fakir et introduit ainsi comment fonctionne dans la magie.

Il prend l'exemple de deux carosses, tirés par un cheval et dirigés par un cocher.

Pour le premier carrosse, très en forme :

L'équipage dans le carosse représente le fakir.
La cocher qui dirige l'attelage représente la volonté du fakir.
Le cheval représente sa force vitale.
La voiture désigne le corps.

Pour l'autre carrosse, il s'agit de la graine. Ce carrosse est très lourd pour un cheval trop jeune, maigre et faible. C'est la vie de la future plante, dans la graine. Le cocher lui est inexpérimenté et est endormi pour le moment : la graine n'est pas plantée et n'a pas commencé à croître.

Le premier équipage arrive facilement devant le second à la course. Alors pour être fair-play, voyant le cheval peiner à la tâche, le cocher du premier attelage (le fakir) va dételler son cheval vigoureux, pour l'atteler à l'autre carrosse en difficulté. Il réveille l'autre cocher endormi et le motive à faire son travail. Celui-ci s'active et commence à diriger son attelage. Le fakir, lui, prend les deux chevaux à la bride et les excite de la voix.

Avec cela, en un rien de temps (quatre heures), le circuit de course (l'évolution du végétal) qui aurait demandé un an de parcours par le mauvais carrosse (la croissance naturelle de la plante), va pouvoir terminer la course bien en avance (grâce à l'action magique du fakir).

Le fakir ne fait qu'agir sur l'énergie de vie déjà présente dans la graine. Il agit déjà sur une force existante, qui est déjà programmée pour faire pousser la plante. Ce n'est pas le fakir qui fait pousser la plante depuis rien. Et cette croyance de pouvoir ex-nihilo provoque les mauvais résultats de beaucoup de débutants : ils pensent que seule leur volonté fera une action magique. Or la volonté n'est qu'un outil, qui va activer une force visible ou invisible, respectant une Loi de la Nature, dont le mage se sert consciemment pour obtenir un effet observable (ici, faire pousser une plante en quelques heures). Le mage ne créé rien véritablement : il active des processus existants, en manipulant l'énergie dans le flot de la mécanique de la Nature.

Si vous n'aviez à retenir qu'une chose ce serait cela !

Etudier les Lois de la Nature

Ce que réalise le fakir, que cela puisse être réalisé ou non devant vos yeux, est le fruit d'années d'études et de pratiques.

Sans devoir vous allonger sur des planches à clous, ou faire des pratiques extrêmes, il est possible pour tout le monde d'obtenir de bons résultats avec du travail, sérieux et rigoureux.

Si vous voulez progresser, vous trouverez sur ce blog des articles pour démarrer vos études.

Mais pour avoir un premier résumé :

  • Lire des livres sur l'occultisme (comme celui utilisé pour rédiger cet article), avec comme auteurs : Papus, Paracelse, Bardon, De Guaita, Aggripa, etc.
  • Avoir des bases en astrologie sidérale pour déterminer les bons moments pour réaliser un rituel.
  • Pratiquer régulièrement (méditation, manipulation d'énergie, etc.), de manière progressive, pour ne pas se décourager en essayant quelque chose de trop difficile.

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager et poser vos questions en commentaire !

Notez l'article


(9 vote(s))

Suivez le blog ésotérique Ophis Phosphoros en likant la page Facebook.

Derniers articles autour de ce sujet